Wilfried Sebiro, un conseiller du Président Touadera menacé de poursuite judiciaire.

Publié le 27 octobre 2019 , 8:54
Mis à jour le: 27 octobre 2019 9:32
Monsieur Maurice Wilfried Sebiro, Conseiller en communication du chef de l'État Faustin Archange Touadera lors de son anniversaire le 22 septembre 2019.
Monsieur Maurice Wilfried Sebiro, Conseiller en communication du chef de l’État Faustin Archange Touadera lors de son anniversaire le 22 septembre 2019.

 

Bangui (République centrafricaine)| CNC – soupçonné d’avoir posé des actes a caractère explicitement sexuel, également sous contrainte physique sur une journaliste de France 24 en Russie, le Conseiller en communication du chef de l’État, Monsieur Maurice Wilfried Sebiro pourrait être accusé pour harcèlement sexuel, selon la direction de la chaîne France 24.

 

D’après M. Saikali, Directeur de la chaîne France24, Monsieur Maurice Wilfried Sebiro, cousin du Président Touadera, n’est pas à son premier coup d’intimidation du genre envers leur équipe :

« … avant, pendant et après l’interview du Président Touadera, ce 24 octobre, vous avez affiché :• des tactiques qui vous semblent coutumières d’intimidation,• parfois d’ordre physique, vous en prenant à la caméra, et à son opératrice,• des propos peu amènes et outrancièrement sexistes à l’égard de nos journalistes… », explique Monsieur Saikali, Directeur de France24 dans un note d’indignation envoyé par courriel à Monsieur Maurice Wilfried Sebiro dont CNC a obtenu une copie.Pour la Direction de France24, Monsieur Maurice Wilfried Sebiro avait franchi le «seuil de l’intolérable» en faisant à l’une de ses journalistes d’envoyées spéciales lors du sommet de Sotchi des offres à caractère explicitement sexuel. « également sous contrainte physique, vous glissant entre deux rangs de chaises pour vous tenir de dos, puis debout face à elle, avant de l’interpeller.L’interview du Président étant en cours, notre collaboratrice a voulu poursuivre son travail, mais en a vécu un profond traumatisme, dont elle peine à se remettre», explique la Direction, avant de poursuivre que le groupe (France 24 et France média monde, NDLR) «se réserve le droit de donner à cette affaire les suites judiciaires qu’il jugera nécessaires».

Du côté de l’accusé, la réponse est immédiate. Sur son profil Facebook, Monsieur Maurice Wilfried Sebiro répond à France 24 :

«… après avoir organisé les interviews du Président TOUADERA sur les médias russes SPUTNIK et deux autres du groupe France Télévision: France 24 et RFI, jai lu avec consternation le tweet de la journaliste franco-russe Elena Volochine maccusant davoir demandé de coucher avec une de ses collègues alors que je venais à peine de les croisées.

La vérité est la journaleuse de cette chaîne de propagande anti-développement de la RCA et de certains pays africains est sans doute fâchée par la réussite du sommet Russie-Afrique qui vu la participation de 47 chefs d’État.

Elena en colère na pas supporté que jinterrompe son interview à la 25 eme minute, alors quelle était prévue  pour ne durer que 10 minutes. Bien qu’étant en retard sur son agenda du jour, le Président TOUADERA a accepté de continuer cette entrevue qui a duré plus de 40 minutes.

Pour de nombreux observateurs, cette réponse n’est pourtant pas liée aux faits qui lui sont reprochés. Et si la chaîne France 24 décidait d’engager une action en justice, Monsieur Maurice Wilfried Sebiro pourrait être traqué partout où il séjournera en dehors de la République centrafricaine afin qu’il puisse faire face à la justice française pour des faits qui lui sont reprochés.Il y’a lieu de noter que Monsieur Maurice Wilfried Sebiro, l’un des nombreux cousins du chef de l’État à être nommés à la présidence de la République, n’est malheureusement pas la première, probablement pas la dernière personnalité politiques de la présidence et du gouvernement centrafricain à afficher ce genre de comportement qui n’honore guerre la Centrafrique aux yeux du monde. Tout le monde se souvient encore de la masturbation publique du ministre des Mines et de la géologie, Monsieur Léopold Mboli Fatrane, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Après quelques indignations publiques, l’homme garde toujours son poste au sein du gouvernement.

Tourmenté par cette affaire, le retour au bercail du président Faustin Archange TOUADERA est fortement attendu à Bangui. Mais, pour un observateur de la vie politique centrafricaine, le président Touadera n’est pas Catherine Samba-Panza pour sanctionner sévèrement ce genre de comportement digne d’une époque soviétique.

Affaire à suivre…  Copyright2019CNC.