Vol et détournement à grande échelle chez SATOM-BOUAR, un suspect en garde à vue.

Publié le 25 août 2019 , 6:47
Mis à jour le: 25 août 2019 6:47
le chef de garage de SATOM-Bouar, monsieur tiède Aymar
monsieur tiède Aymar, le chef de garage de SATOM-Bouar.

 

 

Bouar (CNC) – Décidemment, la conscience professionnelle et l’esprit maison sont en voie d’extinction au sein de la Société française des travaux publics SOGEA-SATOM de Bouar, au nord-ouest de la République centrafricaine. Pour preuve, des vols, détournements et corruptions   se multiplient sans cessent depuis un an dans cette société.

 

Alors que les travaux de bitumage du tronçon Baoro-Bouar exécutés par SOGEA-SATOM prend sérieusement de retard conformément au délai indiqué sur les cahiers de charge, on vient d’apprendre que la semaine dernière, un conducteur de benne est surpris en flagrant délit du vol de carburant (gasoil) par la mission de contrôle et transféré à l’urgence à la gendarmerie de Bouar pour nécessité d’enquête.

Comme si cela ne suffisait pas, le chef de garage de SATOM-Bouar, monsieur tiède Aymar, soupçonné depuis plusieurs mois d’avoir transformé le magasin de stock à sa quincaillerie personnelle, est à nouveau au centre d’un scandale du détournement d’une grande machine des travaux qu’il aurait vendus à Bangui et retrouvée sur place avant que celle-ci soit ramenée la semaine dernière sur la base de SATOM à Bouar.

Malheureusement, ces deux cas de vols spectaculaires s’ajoutent à celui du début de mois où les fonds destinés au paiement des droits légaux du personnel avaient été tout simplement portés disparus sans aucune trace au niveau du service des ressources humaines et comptables.

Aux dernières nouvelles, le chef de garage vient d’être licencié par SOGEA-SATOM pour faute lourde.

Acteur majeur du BTP en Afrique, SOGEA-SATOM présent dans plus de vingt pays à travers son réseau de filial, emploie plus de 15 000 collaborateurs, selon la société.

 

 

Copyright2019CNC.