Violent combat entre les groupes armés à Bria.

Publié le 5 décembre 2019 , 6:28
Mis à jour le: 5 décembre 2019 6:28
Les miliciens Anti-Balaka. CopyrightDR
Les miliciens Anti-Balaka. CopyrightDR

 

Violent combat entre les groupes armés à Bria.

 

Bria (République centrafricaine) – CNC – Deux groupes armés rivaux, en particulier le Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC), une faction rebelle de l’ex-coalition Seleka, et la milice Anti-Balaka, à majorité animiste,  ont replongé malheureusement la ville de Bria ce jeudi 5 décembre dans de nouvelles violences.

 

Selon les premiers éléments d’information recoupée sur place, vers 16 heures locales, plusieurs dizaines des miliciens Anti-Balaka ont pris d’assaut une base militaire du FPRC où sont basés les éléments du général Djabout, située à la sortie ouest de la ville, en allant vers la rivière pende derrière l’aérodrome.

Les combats sont toujours en cours, des détonations d’armes lourdes et légères se font entendre jusqu’au centre-ville malgré la tombée de la nuit.

Pour l’heure, on ignore les raisons qui ont poussé les miliciens Anti-Balaka à attaquer les positions des ex-Seleka dans la ville. Mais l’État major du FPRC, informé d’une imminente attaque des Anti-Balaka contre leur position depuis une semaine, avait positionné ses éléments partout dans la ville, alors que le préfet de Haute-Koto, Monsieur Thierry Évariste Biguinindji, dans l’une de ses déclarations jeudi dernier sur les ondes de la radio  des nations unies Guira FM, avait laissé entendre que tout allait très bien à Bria, les activités administratives et scolaires marchent à merveille. D’après des observateurs, avec les combats de ce jeudi, tout porte à croire que le préfet semble faire de la campagne électorale et non rassurée les populations locales.

Pour l’heure, l’une de nos équipes est sur le terrain pour plus des détails dans les prochaines heures sur CNC.

 

Moïse Banafio

Copyright2019CNC.

 

 

Aucun article à afficher