une rentrée scolaire pas comme les autres

Publié le 12 octobre 2020 , 5:30
Mis à jour le: 12 octobre 2020 12:30

RDC : une rentrée scolaire pas comme les autres

Bangui ( République centrafricaine ) – En raison de la pandémie de Covid-19, plusieurs parents n’ont pas pu acheter de fournitures scolaires pour leurs enfants à pour la rentrée qui a lieu cette semaine.

La rentrée scolaire 2020-2021 est difficile pour plusieurs enfants de Mbujimayi (ville située au centre de la République démocratique du Congo et chef-lieu de la province du Kasaï oriental) dont les parents, affectés par la crise économique, n’ont pas pu acheter tout le matériel nécessaire. En plus, les commerçants subissent une perte de leur chiffre d’affaires./////////////.

Albert Ngeleka est père de huit enfants et il attribue cette crise aux conséquences de la pandémie de coronavirus ://///////////.

“Tout le monde n’est pas prêt pour la rentrée scolaire. La difficulté c’est le manque de moyens financiers, étant donné que nous étions bloqués à cause de la Covid-19. En tous cas, pour les dépenses scolaires c’est un grand problème. En tant que parent nous sommes responsables et nous devons tout faire pour nous acquitter de ces frais.”/////////////.

Manque d’emploi/////////////.

Ges Kabamba estime, lui, que la crise actuelle est la conséquence du manque d’emploi dans la province. Pour ce jeune père, ceux qui affirment qu’ils sont prêts pour la rentrée ne disent pas la vérité ://///////////.

“La conjoncture est difficile, l’argent n’est pas en circulation, la situation économique laisse à désirer. Dire que nous sommes prêts pour envoyer les enfants à l’école le 12 c’est du théâtre. Le fait que nous ne travaillons pas fait que l’argent devient difficile à trouver.”/////////////.

À cause du manque de moyens financiers, certains enfants n’auront pas la chance d’aller à l’école en RDC/////////////.

Dans plusieurs marchés de la ville, la situation est la même. Les rayons des fournitures scolaires sont souvent déserts. Au marché central de Dibindi à Bakwadianga, les vendeuses et vendeurs se plaignent du manque de clients ://///////////.

“Les parents n’achètent pas comme d’habitude, cette année est toute autre. Ils paient avec difficultés, il n’y a pas d’engouement.”/////////////.

“Ce que je peux vous dire est que les affaires ne marchent pas. Nous avons la marchandise mais les parent n’achètent pas. Les parents pleurent à cause de la Covid-19 donc il n’y a pas d’argent.”/////////////.

Autre préoccupation : cette période de l’année est normalement consacrée aux inscriptions pour les nouveaux élèves et la confirmation pour les anciens. Généralement, les élèves se précipitent pour assurer leur place mais cette année ce n’est pas le cas, les frais d’inscription pouvant atteindre 5.000 francs congolais dans certains établissements scolaires.

Avec DW français

{CAPTION}
{CAPTION}

Aucun article à afficher