Une comédienne zimbabwéenne “enlevée et battue”

Publié le 22 août 2019 , 8:00
Mis à jour le: 22 août 2019 8:00

 

 

Kureya a déjà dit à la BBC qu’on lui avait interdit d’assister à des événements nationaux, mais qu’elle espérait que les choses allaient changer.

 

Samantha Kureya, connue sous son nom de scène “Gonyeti”, est connue pour ses sketches très critiques et parodiques de la police et du gouvernement Zimbabwéen.

Elle a été enlevée de chez elle, battue et forcée de boire les eaux usées avant d’être libérée au petit matin, témoigne un de ses collègues artistes.

Au Zimbabwe, les comédiens ont toujours eu du mal à faire des plaisanteries sur l’autorité et les pouvoirs publics, craignant la prison.

La police n’a pas encore fait de déclaration sur son enlèvement.

Le frère de “Gonyeti”, Jonathan Gasa, a déclaré à la BBC qu’environ six hommes masqués et armés ont pris d’assaut sa maison mercredi soir, l’ont emmenée, l’ont déshabillée et agressée.

Il a indiqué qu’ils l’accusaient de plomber l’action du gouvernement avec ses sketchs.

Elle a été retrouvée trois heures plus tard.

Son collègue Lucky Aaron a déclaré à la BBC qu’elle avait été jetée dans “la brousse”, dans la banlieue de Harare.

Il l’a prise et l’a emmenée à l’hôpital pour des scanners qui n’ont confirmé aucune fracture.

Mais il s’inquiétait toujours pour sa santé parce qu’elle a été obligée de boire des eaux usées, a-t-il ajouté.

Dans un tweet, Nelson Chamisa, dirigeant du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a qualifié son enlèvement de “violation barbare des droits humains”:

En février, Kureya était l’un des deux comédiens arrêtés pour nuisance publique pour avoir porté un uniforme qui ressemblait à un uniforme de police dans un sketch, rapporte Shingai Nyoka de la BBC à Harare.

À l’époque, elle aurait été avertie que son humour devenait trop politique.

Son enlèvement fait suite à plusieurs cas récents de militants qui planifiaient des manifestations anti-gouvernementales et qui ont été enlevés et torturés, selon des groupes de défense des droits humains.

Les autorités zimbabwéennes ont nié toute implication dans ces enlèvements.

Ils n’ont pas encore commenté l’enlèvement de l’humoriste.

Kureya a déclaré à la BBC en 2018 que sa compagnie de comédie Bustop TV avait l’habitude d’être interdite d’assister à des événements nationaux, mais comme Robert Mugabe a été chassé du pouvoir, elle espérait que les comédiens auraient plus de liberté d’expression.

“J’espère qu’au Zimbabwe, nous aurons la liberté de parler du président sans avoir d’ennuis, la liberté de parler de qui que ce soit sans que la police ne vienne vous chercher.”

“J’espère juste que ça changera,” dit-elle.

 

©BBC Afrique