Une campagne électorale sans crainte du coronavirus au Burundi | DW | 11.05.2020

Publié le 11 mai 2020 , 7:30
Mis à jour le: 11 mai 2020 7:30

IMG_1623.jpeg

Une campagne électorale sans crainte du coronavirus au Burundi | DW | 11.05.2020

Bangui ( République centrafricaine ) – Le gouvernement continue de considérer la pandémie comme inexistante dans le pays. En dépit des rassemblements importants, les mesures semblent insuffisantes pour protéger la population pendant la campagne électorale.

Le constat du Cadre d’expression des malades au Burundi est clair : les mesures barrières comme la distanciation sociale, le port du masque ou le lavage régulier des mains ne peuvent pas être appliqués durant la campagne électorale.

Sylvain Habanabakize est chargé du plaidoyer et porte-parole du Cemabu et il fait un constat pessimiste de la situation.

“Nous avons des inquiétudes car les gens sont obligés de se rassembler. Nous avons constaté que les militants des partis politiques ne peuvent pas se laver les mains avec de l’eau et du savon et ne respectent pas les mesures de distanciation sociale”.

Le porte-parole du Cemabu “lance un appel à ces militants d’être garants de leur santé et aux candidats d’aider leurs militants à acheter des masques pour éviter la propagation du coronavirus”. 

Distribution de kits aux candidats

Avant le début de la campagne, les autorités sanitaires ont offert des kits médicaux aux candidats et à la CENI.

Pierre Claver Kazihise est le président de la Commission électorale nationale indépendante et il affirme pour sa part que la campagne se déroule dans des conditions d’hygiène tout à fait correctes.

“Le ministère de la Santé a déjà donné aux candidats en campagne des thermoflashs  pour prendre la température afin de dépister les gens qui ont besoin d’être médicalement suivi. L’hygiène est toujours là avec le lavage des mains, avant que les personnes n’entrent sur les lieux de rassemblement de la campagne électorale”. 

Sur le terrain, les partis politiques essaient de se conformer à ces mesures pour prévenir la propagation de la pandémie.

C’est du moins ce qu’explique Thérence Manirambona, le porte-parole du Congrès national pour la liberté.

“Les mesures qui sont prises, nous essayons de les respecter. Même ici on a des produits désinfectants. Allez dans différentes permanences du parti CNL : nous avons exigé de l’eau propre et du savon.”

Officiellement, dix-neuf cas ont déjà été testés positifs. On dénombre sept guéris et un mort selon le ministère de la Santé publique. Le Burundi n’a jusqu’ici pas mis en œuvre le confinement de la population .

Les électeurs sont appelés aux urnes le 20 mai pour des élections présidentielle, législatives, et municipales.

Avec DW français

Aucun article à afficher