Une base d’Un mouvement politico-militaire tchadien détruite par les mercenaires russes au nord de la Centrafrique

Publié le 25 novembre 2021 , 7:10
Mis à jour le: 26 novembre 2021 1:53

 

Bangui, 26 nov. 21 (Corbeaunews – Centrafrique ) – Selon un communiqué de presse rendu public par le Conseil national pour la Libération du Tchad (CNLT), un mouvement politico-militaire tchadien, l’une de sa base installée sur le territoire centrafricain, plus précisement Dans la localité de pont KOGI, situé à proximité de ville frontalière de GORÉ,  estimé à 200 kilomètres au sud du Tchad a été attaquée par les mercenaires russes de la société Wagner. D’après ce communiqué, au moins 27 combattants du CNLT ont été tués ainsi qu’une centaine des civils tchadiens.

La base du CNLT détruit par les mercenaires russes au nord de la République centrafricaine
La base du CNLT détruit par les mercenaires russes au nord de la République centrafricaine

 

Selon le CNLT , ce carnage sanguinaire et inhumain est survenu le 17 novembre 2021, et ce, malgré sa note adressée au chef de l’État centrafricain en date du 3 novembre 2021 à travers la chancellerie centrafricaine à Ndjamena, puis une seconde lettre de la même date est adressée également au Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies à Bangui, sollicitant son intervention auprès des autorités centrafricaines afin d’accorder au Conseil national pour la Libération du Tchad (CNLT) une autorisation pour rassembler ses combattants estimés à 6500 qui c’est trouvent sur le territoire centrafricain dans le cadre de la préparation de leur éventuel retour au pays sous l’entière supervision de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) et des forces armées Centrafricaines (FACA). Selon le CNLT, Plusieurs copies de ces deux lettres ont été envoyées  au président du CMT à Ndjamena; Président de la commission de l’union africaine à Addis Abeba; à la Délégation de l’Union européenne au Tchad; à l’Ambassadeur de la France au Tchad; à l’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Tchad; au Président du Comité technique Spéciale du Dialogue inclusif.

« Les Autorités centrafricaines sont tenues responsables pour les massacres des citoyens tchadiens survenus ces jours dans la localité de PONT KOGI en territoires Centrafricaine , a indiqué le CNLT dans son communiqué. .

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher