Un chanteur de gospel rwandais révèle qu’il est gay

Publié le 28 août 2019 , 5:25
Mis à jour le: 28 août 2019 5:25
Albert Nabonibo dit qu'il est temps que les Rwandais sachent qu'il est normal pour certaines personnes d'être gay
Albert Nabonibo dit qu’il est temps que les Rwandais sachent qu’il est normal pour certaines personnes d’être gay

 

 

Un chanteur rwandais de gospel a déclaré à la BBC qu’il s’attendait à une réaction négative après avoir déclaré lundi à une chaîne chrétienne sur Youtube qu’il était gay.

Albert Nabonibo, 35 ans, s’est dit prêt à relever les défis d’une culture hostile à l’homosexualité, alors que sa révélation a choqué ses fans.

Les lois rwandaises n’interdisent pas les actes homosexuels, mais les mariages homosexuels ne sont pas autorisés et la plupart des églises dans ce pays, principalement chrétien, prêchent que l’homosexualité est un péché.

 

Cela fait que depuis des années, Nabonibo a caché sa sexualité.

Il est devenu le premier chanteur de gospel au Rwanda à dévoilé son homosexualité.

 

“En fait, il y en a beaucoup comme moi, même dans les églises. Le fait est qu’ils le cachent à cause de la mentalité des fidèles et de la communauté et pour leur sécurité “, a déclaré Nabonibo à la BBC.

Mais Nabonibo, né dans la banlieue de Kacyiru dans la capitale, Kigali, a déclaré qu’il était temps que les gens sachent qu’être gay était normal.

“J’ai de la peine pour les gens comme moi qui vivent dans la peur. Ils devraient sortir pour se faire entendre, parce que nous devons être traités comme les autres personnes”, a-t-il dit.

Cependant, il fait déjà l’objet de commentaires négatifs depuis qu’il est a fait son coming-out.

“Certains m’ont insulté, d’autres m’ont traité de fou et d’autres de stupide. Mais il y en a qui me comprennent, comme mon frère qui m’a toujours encouragé à être qui je suis.”

Quelle que soit la négativité à laquelle il est confronté, Nabonibo assure qu’il continuera à “chanter pour Dieu”.

“Je vivrai avec ceux qui m’acceptent et ceux qui me rejettent – je sais que ce sera une bataille quotidienne.”

 

©BBC Afrique