Tchad : A Adam Noucky Charfadine voulait éviter un lynchage

Publié le 26 juin 2018 , 3:33
Mis à jour le: 26 juin 2018 3:33

 

 

Tchad :  A Adam Noucky Charfadine voulait éviter un lynchage

 

Bangui, 26 juin 2018 (CNC)

 

L’ex-gouverneur du Logone Oriental a donné sa version des faits dans un entretien accordé hier à N’Djamena aux confrères de Tchadinfos.com

 

L’ex-gouverneur du logone Oriental comparait aujourd’hui au tribunal de grande instance de N’Djamena. A la veille de sa comparution, il s’est confié aux confrères de Tchadinfos.com. Il a donné sa version des faits sur les événements du 22 mai dernier survenu à Doba.

Il explique qu’il a voulu empêcher le lynchage d’un justiciable nommé Oumarou Magadji, ses complices et son avocat que la justice venait de relaxé. D’après lui, Oumarou Magadji est un chef de gang qui avait causé beaucoup de tords aux populations.

Celles-ci espéraient à sa condamnation par la justice, mais malheureusement ont plutôt assisté à son acquittement. Selon l’ex-gouverneur, la décision de justice a provoqué la colère des populations victimes des crimes Oumarou Magadji.

Il poursuivi en disant que les populations ce sont mobilisées immédiatement dans les entrées et sorties de la ville de Doba. Machettes, gourdins, poignards, en mains, elles étaient prêtes à en découdre avec les justiciables et leur avocat.

C’est à cet effet que l’ex-chef de terre dit avoir ordonné l’enlèvement de la bande à Oumarou Magadji pour les mettre à lieux sûr. S’agissant de l’avocat des prévenus, l’ex-gouverneur affirme que les gendarmes ont tiré en l’air pour sommer ce dernier d’arrêter son véhicule.

Adam Noucki Charfadine affirme qu’aucun gendarme n’a tiré sur le palais de justice comme cela était indiqué. Il conclut que son acte n’allait pas à l’encontre de la décision de justice mais c’était pour empêcher un lynchage.En rappel, cette affaire remonte le 22 mai lorsqu’un avocat empêche la condamnation des personnes à Doba dans la région du Logone Oriental. A la sortie du palais de justice, les gendarmes arrêtent immédiatement les justiciables. Selon des témoignanges, ils tirent sur le véhicule de l’avocat des présumés.

 

Dans les jours qui suivent les juristes (avocats, huissiers et notaires) entament une grève illimitée. Ce mouvement d’humeur a pour but de faire tomber le gouverneur et le commandant de légion de gendarmerie de Doba. Le président Idriss Déby relève alors Adam Noucki Charfadine de ses fonctions. Mais ceci ne va pas apaiser les tensions. L’ex-gouverneur passera une garde-à-vue à la section nationale de recherche judiciaire (SNRJ). Libéré par proche parent,  un général de l’armée, Adam Noucki Charfadine va finalement atterir sous-mandat de dépôt à la maison d’arrêt d’Amsinéné.

 

………….

 

Cameroun

 

Les entreprises réclament 750 milliards de fcfa à l’Etat

C’est ce qui ressort de la 126e assemblée générale du Gicam le 21 juin à Douala. Le patronat camerounais indique que l’Etat que 42 milliards de fcfa seulement ont été remboursés aux entreprises.

L’Etat du Cameroun doit précisément 750 milliards de fcfa aux entreprises locales notamment les PME (petite et moyennes entreprises). D’après le  Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), seuls 42 milliards de fcfa ont été payés aux entreprises.

A cet effet, le président du Gicam Celestin Tawamba  a exhorté l’Etat à fixer un budget minimum mensuel qui sera payé aux entreprises. Pour le président du patronat Camerounais, ceci permettra d’apurer progressivement et sans interruption la dette intérieure. Par ailleurs, le patronat que l’Etat fasse des compensions fiscales.

 

Rappelons que l’apurement de la dette intérieure fait partie des objectifs fixés par le président Paul Biya en 2018. Le retard ou le blocage de paiement est due aux tensions de trésoreries auxquelles l’Etat fait face. Des tensions de trésoreries liées à l’organisation de la Can 2019. Mais aussi à la lutte contre Boko Haram et au mouvement sécessionniste dans les régions anglophones.

 

Un texte de : Destin Mballa, CNC.