Soudan : manifestations anti-Bechir, un plan russe a été établi pour exécuter les contestataires.

Publié le 26 avril 2019 , 5:09
Mis à jour le: 26 avril 2019 5:17

 

(CNN) – Lorsque des manifestations antigouvernementales ont éclaté au Soudan à la fin de l’année dernière, la réaction du président Omar el-Béchir est la répression des manifestants qui a entraîné des dizaines de morts civiles.

Dans le même temps, une stratégie plus insidieuse était en cours d’élaboration, qui consistait à diffuser de fausses informations sur les médias sociaux, à reprocher à Israël d’avoir fomenté les troubles et même à procéder à des exécutions publiques pour faire un exemple de “pillards”.

L’auteur de cette stratégie n’est pas le gouvernement soudanais. Selon des documents vus par CNN, il a été rédigé par une société russe liée à un oligarque favorisé par le Kremlin : Evgueni Prigojine.

De multiples sources gouvernementales et militaires à Khartoum ont confirmé à CNN que le gouvernement de Bachir a reçu les propositions et a commencé à y donner suite, avant que Bachir ne soit destitué par un coup d’Etat au début du mois. Un responsable de l’ancien régime a déclaré que des conseillers russes ont surveillé les manifestations et ont commencé à élaborer un plan pour les contrer avec ce qu’il a appelé “des pertes en vies humaines minimales mais acceptables”.

Bien que les documents ne proviennent pas d’agences officielles russes, ils étaient essentiellement un plan pour protéger les intérêts du Kremlin au Soudan et maintenir Bashir au pouvoir.

 

Par : Tim Lister, Sebastian Shukla et Nima pour CNN.

 

NDLR : L’article est publié en anglais par CNN et traduit par la rédaction du CNC.  Le voici en Anglais…

 

Fake news and public executions: Documents show a Russian company’s plan for quelling protests in Sudan

 

By Tim Lister, Sebastian Shukla and Nima Elbagir, CNN Updated at 0541 GMT (1341 HKT) April 25, 2019

 

 

(CNN) — When anti-government protests erupted in Sudan at the end of last year, the response of President Omar al-Bashir came straight from the dictators’ playbook — a crackdown that led to scores of civilian deaths.

At the same time, a more insidious strategy was being developed — one that involved spreading misinformation on social media, blaming Israel for fomenting the unrest, and even carrying out public executions to make an example of “looters.”

The author of this strategy was not the Sudanese government. According to documents seen by CNN, it was drawn up by a Russian company tied to an oligarch favored by the Kremlin: Yevgeny Prigozhin.

Multiple government and military sources in Khartoum have confirmed to CNN that Bashir’s government received the proposals and began to act on them, before Bashir was deposed in a coup earlier this month. One official of the former regime said Russian advisers monitored the protests and began devising a plan to counter them with what he called “minimal but acceptable loss of life.”

While the documents do not come from official Russian agencies, they were essentially a blueprint for protecting the Kremlin’s interests in Sudan and keeping Bashir in power.