Six personnes tuées dans un affrontement entre les groupes armés près d’Ippy.

Publié le 6 octobre 2019 , 6:18
Mis à jour le: 6 octobre 2019 6:21

 

Bambari (CNC) – Des combats ont opposé ce jeudi 3 octobre les miliciens Anti-Balaka et les combattants rebelles de l’UPC  au village Tagbara, près de la sous-préfecture d’Ippy, située à 496 kilomètres au centre nord de la République centrafricaine, a-t-on appris de source sécuritaire locale.

 

Selon les témoins de la scène contactés par Corbeaunews-Centrafrique (CNC), tout a commencé par une affaire de jalousie amoureuse entre le chef milicien Anti-Balaka local et un jeune de son village, Monsieur Éric, au sujet d’une jeune femme qui vivait en concubinage avec ce dernier. Malheureusement, comme souvent dans le cas de l’union libre, la jeune femme s’est librement quittée le domicile de son conjoint des faits Éric pour ce sulfureux chef milicien Anti-Balaka qui l’aurait draguée quelques semaines plutôt.

Monsieur Éric, qui avait été fortement touché par cet acte d’infidélité, est allé porter plainte contre son rival auprès des rebelles de l’UPC qui ont aussitôt réagi pour arrêter le chef milicien Anti-Balaka.

Or, lors de son arrestation, celui-ci se  trouvait au marché hebdomadaire de Tagbara en train de vendre ses produits. Devant le public qui assistait à la scène, les combattants rebelles, qui étaient venus en masse sur six motos, l’ont copieusement torturé. Ce qui n’a pas été du goût de certains qui ont aussitôt alerté ses éléments qui se trouvaient dans le village.

Soudain, de violents combats ont éclaté sur le marché Tagbara entre les deux parties rivales avant de s’étendre au village voisin Ngou hyali dans la soirée.

Le bilan provisoire de ces affrontements faisait état de six (6) combattants tués et d’une dizaine des blessés qui se trouvent en ce moment, pour la plupart, à la clinique médicale de l’ONG internationale médecin sans frontière (MSF) à Ippy pour des soins appropriés.

 

Pour rappel, la milice Anti-Balaka et le groupe UPC (Unité pour la paix en Centrafrique, tous deux signataires de l’accord politique pour la paix et la réconciliation (APPR)  le 6 février dernier avec le gouvernement, se sont déjà affrontés la semaine dernière au village Bangao, situé dans la préfecture de la Ouaka, au Centre-Est de la République centrafricaine (RCA).

En outre, les affrontements de ce jeudi dernier sont intervenus au moment où une mission conjointe de l’Union européenne, de l’Union africaine et de l’ONU séjourne depuis vendredi à Bangui en vue d’évaluer les avancées de l’accord politique pour la paix et la réconciliation nationale  signé entre les groupes armés et le gouvernement.

 

Copyright2019CNC.

Copyright2019CNC.