Scandal des fausses factures ENERCA,une personne en garde à vue

Publié le 1 août 2016 , 7:30
Mis à jour le: 2 août 2016 7:29

(Corbeau News Centrafrique)

 

image

Centrafrique: Scandale des fausses factures à l’ENERCA , une personne en garde à vue.

 
Bangui, le 1 août 2016. 13:11′.

Par: Gisèle MOLOMA.

L’Energie Centrafricaine (ENERCA), l’unique Société d’Etat de productions d’électricité en Centrafrique n’est pas seulement connue pour ses nombreux délestages dans la ville de Bangui. Elle est connue aussi dans la production en grande quantité des fausses factures pour ses abonnés. Cette pratique courante et très connue n’a jamais fait l’objet d’un contrôle interne, ni de la Direction Commerciale, ni de la Direction Générale. Cette révision de facture dépend de la tête de l’abonné. On augmente pour les uns, on baisse pour les autres, l’essentiel est de soutirer frauduleusement de l’argent aux abonnés. Cette affaire qui a atteint son apogée le mois dernier, a été trahie par un personnel du service de la facturation. Malheureusement pour lui, il a été arrêté et conduit à la SRI en débit de la foi qu’il proclame en dénonçant cette pratique pour en finir.

La Société Centrafricaine de l’Energie devenue Énergie Centrafricaine il y’a quelques décennies, est en difficulté financière depuis des années. Si bien que pour investir dans sa production, elle faisait recours de temps en temps au financement bancaire ou tout simplement solliciter de l’aide auprès de certaines ONG internationale présentes dans ce pays. Or selon les enquêtes que nous avons menées sur place, les difficultés d’ordre financier de l’ENERCA annoncées depuis des années seraient les conséquences d’une mauvaise gestion et de laxisme de la Direction Générale. Selon les documents financiers et comptables que nous avions consultés, l’ENERCA à elle seule pouvait contenir ses difficultés, dégager de marge bénéficiaire importante annuellement, investir dans sa propre production et même en dehors de sa principale activité. Mais seulement voilà, avec la corruption ambiante et les faussetés établies en règle dans cette Société, on ne peut que constater son affaiblissement.

Il y’a un mois, un personnel du service commercial a été arrêté par la Gendarmerie et conduit à la Section des Recherches et d’Investigation. Selon la Direction Générale, le personnel arrêté serait le principal auteur des différentes fausses factures remises à certains abonnés libanais depuis des mois. Cependant, les enquêtes menées par CNC démontrent le contraire. Ce que nous avons compris sur place, pour les abonnés fortunés surtout expatriés, à chaque relèvement de compteur, le technicien envoyé sur le terrain pour ce travail scinde le vrai indice consommé et affiché au compteur par deux moyennant une somme d’argent. Cette pratique connue et couverte par leurs chefs hiérarchiques est souvent appliquée aux commerçants Libanais afin de diviser leurs factures mensuelles par deux. Tandis que pour les autres si on veut augmenter leurs factures, on y ajoute une somme forfaitaire et imaginaire dans leurs factures.
Cette somme forfaitaire, une fois payée, sera empochée tranquillement par les mafieux du service de facturation. Si d’aventure l’abonné découvre cette supercherie, on va lui demander de faire une réclamation écrite auprès de la Direction Commerciale. Celle-ci restera sans suite probablement à ce niveau. Je suis l’une des victimes de cette pratique mafieuse.

Au cours de notre enquête, on a pu découvrir que le système de consommation d’électricité à la carte prépayée rapporte à l’ENERCA plus de liquidité que prévu. Et c’est là que concentre toute la mafia.

En tout cas avec cette allure de fraude, l’ENERCA risquerait de sombrer totalement si la Direction Générale continue de fermer ses yeux sur cette pratique. Il est pratiquement inutile de mettre tout sur le dos de certains abonnés les difficultés dont cette Société d’Etat fait face depuis des décennies. Les branchements illicites peuvent jouer le déséquilibre de l’ENERCA, mais un contrôle interne serait mieux pour stopper le dégât à 80%.de moins.

Copyright CNC.
.