République Centrafricaine : Toujours le statuquo

Publié par Corbeau News  –  Comme en Libye, c’est toujours le statu quo en République Centrafricaine, où politique et rebelle ne parviennent toujours pas à accorder leur violon.

 

Les enfants soldat de l'Ex-coalition Séléka en Centrafrique

 

La seconde rencontre en Brazzaville, en l’espace de quasiment 4 semaines, n’aurait pas permis aux parties prenantes de la crise en Centrafrique, de s’unir et former un gouvernement de consensus autour du 3ème 1er ministre de la douloureuse transition, Mahamat Kamoun.

En effet,  dans la capitale congolaise ; la délégation centrafricaine conduite par le président du CNT Nguendet Ferdinand Alexandre et composée de l’ex-rébellion Séléka, les milices anti-balaka, les partis politiques et la société civile Les discussions achoppent sur la récente nomination de Mahamat Kamoun au poste de premier ministre. L’ex-rébellion Séléka et une grande partie de la classe politique estiment qu’il ne fait pas l’unanimité.

Nommé en remplacement d’André Zapayéké, conformément à l’esprit des accords du 24 juillet à Brazzaville, plus de 10 jours après sa désignation par décret présidentielle, Mahamat Kamoun, peine toujours à former un gouvernement, rejeté par tous et surtout par la séléka qui réclamait pourtant un ressortissant musulman à ce poste.

 

Notons par ailleurs que depuis le début de cette semaine, la force européenne en RCA, l’EUFOR-RCA, fait face à l’hostilité d’hommes armés au KM5. Côté africain, les Nations Unis ont annoncée déploiement au 15 Septembre, de 7.600 hommes en République centrafricaine dans le cadre de son opération de maintien de la paix, (Minusca), précisant que  la majeure partie, soit 5.800 hommes, sera prélevée sur les effectifs de la Force africaine (Misca.

 

 

 

Ecrit par : NADEGE NGOUEGNI (Afrique Média)