République centrafricaine : le fléau des mercenaires

Publié le 11 février 2019 , 6:20
Mis à jour le: 11 février 2019 6:20
Les mercenaires russes. CopyrightCNC.
Les mercenaires russes. CopyrightCNC.

 

Bangui (CNC) – Le secrétaire général des Nations Unis, Antonio Guterres s’est exprimé sur les mercenaires présents en Afrique qui aggravent les conflits et menacent la stabilité de l’Afrique.

 

Les mercenaires sont présents dans de nombreux pays de l’Afrique incluant comme chacun le sait la Centrafrique. Ils ne sont pas présents pour les beaux yeux de la Centrafrique mais par intérêts.

 La crise que traverse le pays n’est pas leur souci, bien au contraire, c’est grâce à elle qu’ils peuvent gagner de l’argent et profiter des centrafricains. L’état ne contrôle qu’une partie du pays alors les mercenaires se retrouvent surtout là où justement les rebelles martyrisent la population renforçant d’autant plus les difficultés de l’état à se rétablir.

Or lorsque la stabilité est fragile, les exploitations illégales poussent comme des champignons se nourrissant de criminalité et de violence.

En Centrafrique une société du nom de SMP Wagner a embauché de nombreux mercenaires russes pour diverses tâches. Le chef d’état de la Fédération de Russie a lui-même admit qu’ils sont présents tout en cautionnant leurs activités « ils ont le droit de travailler et de défendre leurs intérêts aux quatre coins du monde ».

 

Alors comment les mercenaires russes doivent-ils être considérés ? Les instructeurs de Bérengo ne sont ni plus ni moins que des mercenaires. Comment se fait-il que des mercenaires forment des militaires ? Les autres formations que suivent les FACA par l’EUTM sont des militaires que cela soit les portugais, les français ou bien les suédois. Peut-on accepter que des mercenaires forment notre armée républicaine ? Des personnes qui sont à la limite de la légalité peuvent-elle former ceux qui représentent l’état ? Et pour quelles compétences peuvent-ils les former ? Il a été dit en plus que ces mercenaires auraient eu des comportements contraires au droit international humanitaire durant les évènements de Bambari en janvier. De plus, d’après une source fiable, les formations sont expéditives et les punitions sévères très fréquentes.

 

Les mercenaires russes en plus d’être employés en tant qu’instructeur, sont aussi très présents dans les mines de la société Lobaye invest qui appartient à la même personne que la société SMP Wagner précédemment citée. Ce lien aussi obscur qu’une nuit sans lune semble encore être un bel exemple de corruption où un pays vient puiser et se servir de la Centrafrique comme on fait sa cueillette dans la forêt remplissant sa besace en oubliant les autres créatures vivantes. A bon entendeur