République centrafricaine : La MINUSCA sur tous les fronts !

Publié le 7 août 2019 , 7:12
Mis à jour le: 12 août 2019 9:16
une patrouille des soldats de la Minusca à Bangassou, dans la préfecture de Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine. Crédit photo : Corbeaunews.
une patrouille des soldats de la Minusca à Bangassou, dans la préfecture de Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine. Crédit photo : Corbeaunews.

 

 

Les soldats de la MINUSCA ont été souvent le bouc émissaire du pays. Mais ne seraient-ils pas en train de redorer leur blason ? Pas une semaine ne passe sans que la MINUSCA n’apparaisse dans la presse. Et la tendance est plutôt à l’amélioration de leur image. Ils sont sur tous les fronts, le terrain pour poursuivre le désarmement des rebelles, le recrutement des FSI, la sécurisation des épreuves du baccalauréat et même l’aide financière à la construction d’une maison des jeunes. Et pour preuve.

 

La MINUSCA a entrepris le désarmement des groupes armés dans l’ouest du pays. Malgré des violations de l’accord de Karthoum, la MINUSCA continue sans relâche son engagement initial pour mener à bien le désarmement du groupe 3R qui a commencé le 29 juillet. A ce jour, les résultats semblent encore maigres puisque seulement une trentaine d’éléments ont été désarmés. Mais, force est de croire que la MINUSCA est dans une dynamique positive et ne faibli pas, à l’image de Vladimir Monteiro, leur représentant auprès de la population, qui ne cesse de communiquer et d’insister à ce sujet.

 

Par ailleurs, la MINUSCA s’est investie dans le recrutement des forces centrafricaines. Les Forces de Sécurité Intérieur (FSI) qui sont en majorité connues de tous les fils et filles de Centrafrique, pour leur dévouement au service de la sécurité des citoyens dans tout le pays, cherchent à recruter et donc à sensibiliser les jeunes. Et ça à plutôt l’air de fonctionner. La preuve en est, les chiffres du recrutement des policiers et gendarmes lancé par le gouvernement centrafricain, avec l’appui de la MINUSCA sont plutôt positifs et montrent un réel engouement de la jeunesse. 14 000 candidatures pour seulement 1000 postes à pourvoir ! N’est-ce pas une réussite pour la Centrafrique ? N’y a-t-il pas une confiance qui est en train de s’installer entre les citoyens, ses hommes et ses femmes des forces de l’ordre ? Les femmes représentent un quart des dossiers déposés, alors qu’elles étaient très minoritaires jusqu’à aujourd’hui.

 

Sur un tout autre sujet, mais d’autant plus important, la MINUSCA et l’UNICEF ont été sollicités par le ministère de l’éducation pour aider le transport de matériel et l’acheminement des jurys dans plus de vingt (20) localités aux alentours de Bangui pour s’assurer du bon déroulement des épreuves du second tour du baccalauréat. Par ailleurs ils seront accompagnés par les FSI pour sécuriser les différents centres d’examen. Cela renforce une fois de plus les rapports entre la MINUSCA et les FSI.

 

Pour conclure sur les actions de la MINUSCA, une maison de jeunes va bientôt voir le jour dans le 2ème arrondissement. A savoir que depuis 1960, aucune initiative de ce genre n’a été entreprise dans cet arrondissement. Vingt-quatre (24) millions de FCFA ont été financés par la MINUSCA. Une inauguration verra bientôt le jour. La jeunesse banguissoise ne peut être que fière de cette initiative, car les vrais maux de la RCA guériront par une jeunesse flamboyante et qui a les moyens de s’exprimer.

Par ces différentes actions de la MINUSCA, les fils et filles de Centrafrique devraient se sentir proche des soldats de la paix. Leur image ne serait-elle pas, après tant de critiques reçues auparavant, en train de changer auprès de la jeunesse ? Est-ce un hasard ? Ou alors une fatalité ? En tout cas avec les échéances à venir, l’avenir proche nous le dira …

Qui vivra verra.

 

Copyright2019CNC.