Reprise des violences jeudi matin entre les groupes d’autodéfense et les commerçants au KM5.

Publié le 26 décembre 2019 , 4:34
Mis à jour le: 26 décembre 2019 5:15
Incendie au KM5 le 26 décembre 2019 par cnc
Violence et incendie au quarteir KM5 le 26 décembre 2019. Crédit photo : CNC.

 

Reprise des violences mercredi matin entre les groupes d’autodéfense et les commerçants au KM5.

 

Bangui (République centrafricaine) – Pas de répit au quartier KM5 depuis 24 heures. Toute la nuit et encore ce matin, les tirs d’armes se font entendre, et l’on signale déjà les incendies des commerces dans le secteur. Difficiles pour le moment d’établir avec certitude un premier bilan de cette violence, mais une source hospitalière, contactée par CNC,  parlent des dizaines des blessés évacués aux urgences des hôpitaux.

 

À l’heure actuelle, la tension reste encore vive et palpable dans le secteur de Pk5, dans le troisième arrondissement de Bangui, entre les deux parties engagées dans ces heurts armés déclenchés depuis hier en fin d’après-midi après l’échec des pourparlers entrepris par les autorités municipales et le comité de sage de la localité.

Les belligérants sont visibles et chacun dans son périmètre de contrôle. Le marché Mamadou Mbaïki est l’endroit où les combats sont de plus en plus concentrés.  Selon le constat de CNC de passage sur le théâtre des violences, quelques boutiques ont été incendiées par les autodéfenses après plus de deux heures d’échanges de feu sans interruption.

Les forces de l’ordre et de la MINUSCA se sont positionnées à quelques encablures des scènes de combat, mais sans s’interposer. Elles sont visibles au niveau de la paroisse Notre-Dame de Fatima et d’autres stationnées aux points d’entrée de Km5 dans l’optique de contenir tout débordement de violences vers les quartiers voisins du Pk5.

Plusieurs blessés sont conduits d’urgence présentement à l’Hôpital Communautaire de Bangui. Leur nombre exact n’est pas encore clairement établi, mais les centres de santé reçoivent d’autres personnes touchées par balles.

Les habitants des quartiers environnants de Km5 sont obligés, par crainte d’être fauchés par une balle, de quitter pour se réfugier dans d’autres localités éloignées de la zone des affrontements. Les boutiques sont hermétiquement fermées, et la circulation devient très timide, car les affrontements continuent à l’heure où nous mettons sous presse l’évolution de la situation.

Aux dernières nouvelles, les violences continuent et se concentrent désormais au niveau de Bea-Rex, le marché Kokoro et Mamadou Mbaïki, selon quelques habitants joints au téléphone par CNC.

Cependant, sous les tirs à balles réelles des belligérants, les sapeurs-pompiers ont fait leur entrée au Km5 pour éteindre les incendies afin d’éviter que le marché s’embrase.

 

Affaire à suivre…

 

Par l’équipe Info patrouille du CNC.

Copyright2019CNC.

 

Aucun article à afficher