RDC : LES OCCIDENTAUX ABSENTS L’INVESTITURE DE TSHISEKEDI

Publié le 24 janvier 2019 , 5:42
Mis à jour le: 24 janvier 2019 5:42
Felix Tshisekedi, cadre de l’UDPS et membre du Rassemblement lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 09/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo.

 

 

RDC : LES OCCIDENTAUX ABSENTS L’INVESTITURE DE TSHISEKEDI

 

 

Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays occidentaux ont brillé par  leurs absences à la passation du pouvoir qui a eu lieu le 24 janvier 2019 au Palais du peuple à Kinshasa.

Aucun dirigeant de pays occidentaux n’a pris part à la cérémonie d’investiture de Félix Tshisékédi qui a prêté serment ce 24 janvier 2019 au Palais de la Nation à Kinshasa comme 5e président de la République démocratique du Congo.

Ils ont choisi se faire représenter par leurs ambassadeurs en poste en RDC. Pourtant, ces dirigeants étaient actifs lorsqu’ils faillaient s’ingérer dans le processus électoral Congolais pour soit disant obtenir une alternance démocratique et pacifique. Aujourd’hui qu’il y a alternance, ils brillent par leurs absences.

Un fait qui emmènent à se demander et si c’était Martin Fayulu qui prêtait serment, auraient-ils répondu présent ? Étant donné que le leader de la Lamuka est  soutenu par les occidentaux.

Toutefois, les chefs d’Etats Africains n’ont pas boycotté cette belle fête Congolaise. Ils ont répondu massivement présent soit 17 au total étaient présent au Palais du Peuple à Kinshasa.

Parmi ceux-ci, ces chefs d’Etat il y a la Tanzanie, Centrafrique, Angola, Burundi, et Soudan du Sud pour les pays voisins, l’Egypte qui prend bientôt la tête de l’Union Afrciaine, plusieurs pays d’Afrique Australe :

Kenya Nambie, Zimbabwe, Malawi, Afrique du Sud, auxquels s’ajoutent l’Ethiopie, le Soudan, la Sierra Leone, Haïti, le Maroc et la Côte d’Ivoire) ont répondu présent à la cérémonie de passation de pouvoir entre Joseph Kabila et Félix Tshisékédi.

Cependant, on note de grandes absences de cette cérémonie : celles des  dirigeants des pays occidentaux. Aucun d’entre eux n’a pris part à cette cérémonie.

Tous se sont faits représentés par les ambassadeurs en poste à Kinshasa. Ces absences ne sont une surprise pour personne quand on sait les doutes que ces pays ont émis vis-à-vis de ce scrutin allant jusqu’ à demandé le recomptage des voix.

Toutes fois ces absences sont inexplicables au regard de l’implication et l’ingérence de ces puissances en RDC pour voir aboutir une alternance démocratique et pacifique comme c’est le cas aujourd’hui.

A côté de ces absentéistes occidentaux, on note aussi quelques voisins de la RDC qui n’ont pas pris part à l’investiture. Il s’agit notamment de la Zambie dont le chef de l’Etat Edgard Lungu avait plaidé pour le recomptage des voix.

Mais aussi, l’Ouganda, le Congo Brazzaville qui se sont fait représenté par leurs ministres des Affaires Etrangères. Il surtout le Rwanda dont le président Paul Kagamé qui en sa qualité de président en exercice de l’Union Africaine avait demandé la suspension de la proclamation des résultats définitifs de la présidentielle.