RDC : Au moins six personnes tuées dans une attaque attribuée aux ADF

Publié le 19 mai 2019 , 9:42
Mis à jour le: 19 mai 2019 9:42

 

 

 

Au moins cinq civils et un militaire ont été tués vendredi dans une attaque attribuée aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF), accusés du massacre de plusieurs centaines de personnes depuis octobre 2014 dans l’est de la République démocratique du Congo.

L’attaque attribuée aux ADF a eu lieu comme d’habitude dans la province du Nord-Kivu dans le territoire de Beni, cette fois-ci sur la route entre Mbau et Kamanaga, vers la frontière avec l’Ouganda.

“Des civils ont été surpris dans les champs par les ADF, qui ont exécuté cinq civils à la machette et en ont emporté deux autres avec eux. L’armée est arrivée pour intervenir et les combats ont aussitôt éclaté. Pour l’instant on ignore le sort des deux civils emportés”, a déclaré l’administrateur du territoire (responsable politico-administratif) de Beni, Donat Kibwana, à un correspondant de l’AFP.

“Un militaire est tombé et un autre est blessé. La fouille se poursuit dans la zone”, a ajouté le porte-parole de l’armée dans la région, Mak Hazukay.

Des médias congolais évoquent un bilan plus lourd de neuf civils et d’un militaire tués.

“Nous demandons toujours à nos autorités politico-militaires de sauver la population de Beni de cette situation”, a déclaré la représentante des habitants, Noella Muliwavio.

Les ADF sont historiquement des rebelles musulmans ougandais installés depuis les années 90 dans l’est de la RDC.

L’organe de propagande du groupe Etat islamique a pour la première fois en avril revendiqué une attaque attribuée aux ADF près de Kamango, à la frontière avec l’Ouganda.

Plus au sud, la zone de Beni-ville et de Butembo est affectée depuis août dernier par une épidémie d’Ebola.

 

 

 

 

AFP/VOA