RCA : vive tension intercommunautaire à Bria suite à une scène de braquage au village Ngoundja.

Publié le 28 mars 2020 , 3:13
Mis à jour le: 28 mars 2020 3:13
deux-rebelles-du-fprc-sur-une-moto-dans-la-ville-de-bria-corbeaunews-centrafrique
Des combattants rebelles du FPRC sur une moto à Bria. Crédit photo : Moïse Banafio / CNC.

 

Bria (République centrafricaine ) – Les faits se sont produits à 10 kilomètres du village Ngoundja sur l’axe Bria, ce jeudi 26 mars alors que les victimes, au nombre de trois,  revenaient de la commune de Sam-Ouandja, à destination de Bria. La nouvelle fait monter la tension intercommunautaire à Bria, tandis que leur proche réclame des comptes aux groupes armés, et les assaillants sont activement recherchés.

 

Ils sont tous au nombre de trois (3). Deux sont de l’ethnie Rounga, et un Arabe d’origine tchadienne. Ce jeudi 26 mars, ils ont décidé de quitter Sam-Ouandja, à bord de trois motos, pour rentrer à Bria après quelques jours d’activités. En arrivant au village Ngoundja, situé à 47 kilomètres de Bria, ils ont décidé de continuer leur route sans mettre trop de temps à Ngoundja. Ce qui a été fait, mais en arrivant à 10 kilomètres après Ngoundja, sur l’axe Bria, ils sont tombés  nez-à-nez avec un groupe des jeunes de l’ethnie Kara, en provenance de Bria, à destination de Ngoundja. C’était vers 11 heures du matin. À ce niveau, on ignore si les deux groupes des jeunes se sont engagés des discussions, mais des sources locales ont indiqué à CNC que les jeunes Kara, armés, ont pris le dessus. Pendant que certains souhaitent l’exécution pure et simple des trois jeunes de Sam-Ouandja, d’autres refusent catégoriquement, préférant récupérer leurs motos et autres effets personnels en leur possession.

Finalement, après trois heures de discussion, les trois jeunes ont été libérés vers 16 heures, mais leurs motos ainsi que d’autres effets personnels ont été confisqués par les assaillants.

Arrivés à Bria vers 17 heures, les trois jeunes ont annoncé la nouvelle à leurs proches qui, à leur tour, ont alerté un général du FPRC, Mahamat Sallet. Du coup, la tension monte d’un cran, et le comité de suivi de l’accord de Bria, mis en place récemment par le chef rebelle Ali Darassa, a également été saisi. Des tractations ont été engagées. Des promesses ont été faites aux parents des victimes qui veulent que les assaillants soient arrêtés et punis.

Depuis vendredi, une équipe des Kara du MLCJ est arrivée au village Ngoundja, à la recherche des assaillants.

Il convient de rappeler que cet incident malheureux s’est produit quelques jours après le passage à Bria du comité de suivi de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA), signé en février 2019 entre 14 groupes armés et le gouvernement centrafricain.

 

Moïse Banafio

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher