RCA : vive tension entre les gendarmes et les populations de Yaloké après la libération d’un milicien Anti-Balaka

Publié le 9 septembre 2020 , 2:49
Mis à jour le: 9 septembre 2020 2:49
Une équipe de patrouille de la LGM (légion de la gendarmerie mobile )à Bangui. Photo du CNC / Mickael Kossi
Une équipe de patrouille de la LGM (légion de la gendarmerie mobile )à Bangui. Photo du CNC / Mickael Kossi

 

 Yaloké, République centrafricaine, 8 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Le commandant de brigade de la gendarmerie de Yaloké, pris en otage par des miliciens Anti-Balaka, aurait ordonné la libération de l’un de leurs arrêtés quelques heures plutôt dans la ville minière de Gaga. Une action dénoncée par le mouvement de la jeunesse de Yaloké, dirigé par monsieur Achille  Bélélé. Depuis 24 heures, la tension est palpable dans la ville, et les gendarmes expriment leur sentiment d’insécurité.

 

Le présumé criminel libéré par la gendarmerie de Yaloké  serait un adjoint au chef de la milice Anti-Balaka de la ville minière de Gaga. Il a été interpellé par les militaires de l’armée nationale lors d’un vol survenu sur l’un des chantiers miniers chinois à Gaga. Transféré à Yaloké, il a été incarcéré à la brigade de la gendarmerie pour nécessité d’enquêtes.

Pendant ce temps, le tristement célèbre Comzone de la milice Anti-Balaka de Gaga, muni de son arme de guerre, et accompagné par trois de ses éléments lourdement armés, se sont présentés dans la nuit du lundi à mardi 8 septembre au domicile du commandant de brigade de la gendarmerie de Yaloké. Malheureusement, le CB se trouvait chez lui quand les assaillants sont arrivés. Coincé et fortement sous leur pression, l’homme ordonne la libération immédiate de leur camarade.

Le lendemain, mardi 8 septembre, les habitants de Yaloké, informés de la libération de ce milicien Anti-Balaka par la gendarmerie, se sont présentés devant la brigade pour exprimer leur mécontentement.

Cependant, monsieur Bélélé Achille, président de la jeunesse de Yaloké, appelle la population à ne plus respecter les gendarmes qui sont, selon lui, des corrompus et complices des miliciens Anti-Balaka. Pourtant, lors de conflit opposant madame Zhao, PDG de la société minière IMC   avec les populations locales sur des nombreux cas de disparition des enfants, Monsieur Bélélé Achille, après avoir touché au pot de vin, criait haut et fort qu’il n’y pas eu de révolte contre la société IMC à Yaloké. À la grande surprise de tous, ce même Bélélé Achille demande aujourd’hui que la jeunesse de sa ville se révolte maintenant contre les gendarmes qui sont des symboles de l’autorité de l’État dans sa ville.

Pour Bélélé Achille, le CB de la gendarmerie, ramené manu militari avec deux kalachnikovs sur la tempe, devrait accepter de mourir que de venir à la brigade libérer le fameux commandant des antibalakas incarcérés.

Affaire à suivre.

 

Par Alexis Marcelin Yanga

Correspondant du CNC à Yaloké

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

 

Aucun article à afficher