RCA : violent accrochage entre les différents éléments coalisés du FPRC à Ndélé.

Des combattants rebelles du FPRC à Ndélé le 5 aout 2017. Photo CNC / CopyrightCNC
Des combattants rebelles du FPRC à Ndélé le 5 aout 2017. Photo CNC / CopyrightCNC

 

Ndélé ( République centrafricaine ) – L’accrochage a eu lieu mercredi 1er avril, au quartier Bornou, au centre ouest de la ville de Ndélé, chef-lieu de la préfecture de Bamingui-Bangoran. Aussitôt, des voix s’élèvent au sein du FPRC ( Front populaire pour la renaissance de Centrafrique ) pour exiger la démission de leur chef d’État major, le général autoproclamé Moctar Adam, et des pourparlers sont en cours avec les belligérants.

 

Considérés comme de véritables pilleurs et voleurs, les combattants arabes du FPRC, qui avaient semé le désordre à Kaga-Bandoro, ont été appelés au renfort par l’État major du FPRC à Ndélé la semaine passée  pour faire face aux attaques répétées des Goula du RPRC contre leurs positions à Ndélé. Mais là où le bât blesse, ces combattants arabes sont souvent considérés comme de véritables voleurs et pilleurs.

Même s’ils sont souvent très aguerris  sur le théâtre de l’opération militaire, ils n’hésitent pas à vider complètement les habitations abandonnées par la population. Dans le cas contraire, ils se plongent dans des activités de braquages des particuliers, même en plein jour.

C’est ainsi que dans la journée du mercredi 1er avril, aux environs de 14 heures, à Ndélé, un commerçant du quartier Bornou a été pris pour cible par ces combattants arabes du FPRC. Il a été complètement dépouillé de ses biens. Ce qui n’a pas plu aux autres combattants du FPRC, en l’occurrence ceux de  l’ethnie Rounga qui ont pris leur courage pour affronter vivement les assaillants. L’affrontement a duré plusieurs minutes, faisant des graves blessés dans les deux camps. Mais les combattants arabes, de leur côté, n’ont pas apprécié la manière dont les Rounga sont intervenus lors de ce braquage. Ils parlent d’une provocation, et demandent à ce que le chef d’État major du FPRC, le général autoproclamé Moctar Adam, soit remplacé pour son incompétence.

Rappelons que les combattants arabes du FPRC, soupçonnés d’être à l’origine du braquage de véhicule de la mission catholique à Kaga-Bandoro, puis celui du préfet de Bamingui-Bangoran, seraient à l’origine de l’assassinat du général Goula du FPRC, la semaine dernière, à la frontière avec le Soudan.

Par ailleurs, le préfet de Bamingui-Bangoran, porté disparu lors des derniers affrontements sanglants entre le RPRC et le FPRC à Ndélé, et dont les rumeurs font état de son décès, est finalement arrivé hier à Bangui  après être passé par la ville de Bamingui.

 

Moïse Banafio

Envoyé spécial du CNC à Ndélé

Copyright2020CNC.