RCA : Vers l’intégration des femmes dans le contrôle des armes légères et de petit calibre

Publié le 28 mars 2021 , 10:45
Mis à jour le: 28 mars 2021 10:45

 

 

La photo de famille des femmes WILFP-CENTRAFRIQUE copyright CNC du 26-03-21
La photo de famille des femmes WILFP-CENTRAFRIQUE, le 26 mars 2021. Photo CNC / Cyrille Jefferson Yapendé

 

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 29 mars 2021 22:45:24 ( Corbeaunews-Centrafrique ). L’organisation féminine, WILPF-Groupe Centrafrique en partenariat à GENSAC, a échangé avec la COMNAT, pour envisager l’intégration des femmes centrafricaines dans la lutte contre la prolifération, la circulation illicite des armes légères et de petit calibre. Cet atelier d’échange entre les deux parties a eu lieu le vendredi 27 mars 2021 à l’Ecole nationale des Arts de Bangui.

 

Dans sa mission visant à identifier et d’élaborer des stratégies politiques et programmes de prévention efficace de lutte contre la prolifération, la circulation illicite des armes légères et de petit calibre, que la COMNAT  a échangé avec les femmes pour voir dans quelles mesures elles sont prises en compte dans cette lutte.

La Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre « COMNAT-ALPC » est créée par le décret n° 17.069  du 14 février 2017 et rattaché à la Présidence de la République.

Pour renforcer la mission de la COMNAT, une loi portant sur le régime général des armes classiques, leurs pièces, composantes et munitions a été adoptée et promulguée en Août 2020 par le Président de la République Faustin Archange Touadera.

C’est dans cet élan que ladite commission veut mener cette lutte avec plusieurs acteurs nationaux afin d’éradiquer ce phénomène surtout avec la période des tensions armées occasionnant d’avantage la prolifération des armes légères et de petit calibre. Le choix des femmes centrafricaines n’est pas anodin. Elles peuvent jouer un  rôle efficace dans cette lutte.

« La mauvaise gestion des armes est l’une des causes de l’instabilité dans notre pays. Pour lutter contre ce phénomène, l’Etat a ses responsabilités engagées et cette lutte ne peut être menée efficacement par la contribution des autres acteurs, notamment, les associations féminines, elles peuvent jouer un rôle crucial »,  a rappelé Jean René Betindji, Secrétaire exécutif la COMNAT qui a ajouté que dans cette activité, il a présenté un exposé sur la stratégie définie par l’Etat dans cette lutte avec un pilier consacré à l’intégration du genre dans toutes activités liées à la lutte contre ce phénomène.

La présidente de WILPF-Centrafrique, Bernice Ouango-Ndackalla a souligné que le leadership féminin dans la lutte contre la prolifération des armes est important : « Comme la RCA vit une crise sanitaire et sécuritaire, et nous pensons que le leadership féminin dans le contrôle des armes légères et de petit calibre est très important. Si nous voulons que les femmes deviennent autonomes, et que les objectifs fixés soient atteints, nous devrions pendre à bras le corps ce problème de prolifération des armes », a-t-elle insisté.

Par ailleurs, les femmes ont salué les efforts du gouvernement pour que la RCA soit en jour concernant les textes internationaux sur les armes de tout genre, et que les autorités vulgarisent d’avantage cette loi promulguée afin que les organisations des femmes s’intéressent dans cette lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre.

Cette activité de sensibilisation des femmes par WILPF autour de leur intégration dans les activités liées à la lutte contre la prolifération des armes, entre dans le cadre de la célébration en différée  de la journée internationale des droits des femmes.

 

Par Cyrille Jefferson Yapendé

Journaliste rédacteur

Tel : 72 62 01 14

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher