RCA : UNDP de Michel AMINE, un parti profondément divisé et affaibli

Publié le 12 novembre 2020 , 4:20
Mis à jour le: 12 novembre 2020 4:20
michel amine de l'UNDP
Le Président de l’UNDP Michel Amine

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 12 novembre 2020, 10:06:28 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Profondément divisée, l’union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), fondé et dirigé par monsieur Michel AMINE,  est loin de resserrer le rang à quelques semaines du premier tour des élections législatives et présidentielles. Une partie des cadres de ce mouvement politique, première force politique à l’Assemblée nationale, est loin d’être derrière leur Président Michel Amine. Ces personnes  préfèrent se ranger derrière le parti au pouvoir pour soutenir le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, candidat à sa propre succession pour un second mandat, suscitant la colère des autres membres du bureau politique de l’UNDP, en tête, le Président Michel Amine.

 

Pour de nombreux militants et militantes l’union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), il ne fait aucun doute, la tension, la polémique  et la division qui règnent actuellement au sein de leur parti est la suite logique du jeu engagé par le parti au pouvoir, les cœurs unis.

En effet, quelques semaines plutôt, Monsieur ELA Emery, coordonnateur de l’UNDP avait rencontré discrètement le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, le Premier ministre Firmin NGRÉBADA, et le secrétaire général des cœurs unis, l’ancien Premier ministre Simplice Mathieu SARANDJI. À l’issue de ce triple rencontre, aucun compte rendu n’avait été fait non seulement au Président du parti, Monsieur Michel Amine, mais également au bureau politique.

Malheureusement, au grand désespoir des militants et militantes de l’UNDP, leurs 14 députés  ont quitté le parti, pour la plupart vers le camp présidentiel, suivi du ralliement surpris de la coordination du parti à la plateforme Bioko qui soutient la candidature du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA, et ce, sans avoir informer préalablement leur Président, Monsieur Michel Amine.

Aussitôt, le parti est divisé en deux ailes, l’une conduit par monsieur ELA Emery, coordonnateur de l’UNDP, favorable au chef de l’État, l’autre, conduit par Michel Amine, Président fondateur du parti.

Ce dernier, très mécontent, avait introduit une action en justice qui lui a finalement donné raison. En ce sens, l’UNDP, aile ELA Emery, doit être dissoute selon la justice qui a statué en septembre dernier sur l’affaire.

Pourtant, deux mois plus tard,  l’UNDP, l’aile ELA Emery continue ses activités tout en rejetant en bloc la décision de la justice qu’ils qualifient de non évènement.

Selon Monsieur  Gilbert Ngando,  secrétaire général  de l’aile ELA Emery, ce sont les autorités qui sont en charge des partis politiques en République centrafricaine, en l’occurrence le ministère de l’administration du territoire qui a pris les textes donnant pouvoir  à ceux  qui ont été élus à l’issus de leur dernier  congrès de gérer le parti. Mais ça n’a pas plu à d’autres personnes  dans le parti.

« Elles disent qu’elles ne reconnaissent pas les textes pris par le ministre de l’administration du territoire », a-t-il ajouté.

Notons que le ministre de l’administration du territoire avait intégré le gouvernement dans le quota de l’union national pour la démocratie et le progrès (UNDP). Il est désormais membre de la plateforme Bioko qui soutient la candidature du chef de l’État.

À ce titre, nombreux sont ceux qui voient dans cette décision une manœuvre du pouvoir qui  tente de diviser leur parti politique.

Pour Monsieur Didier Martial Pabandji, directeur de campagne de l’UNDP, le congrès dont faisait allusion Monsieur Gilbert Ngando avait été organisé par les membres de la coordination à l’insu des militants, ou encore du Président Michel Amine, alors qu’ils ont été préalablement radiés du parti pour  non-conformité avec l’idéologie de l’UNDP.

D’après lui, ce congrès est nul et non avenu. Il devrait être convoqué, selon le texte du parti, par le Président Michel Amine, et ce n’est pas le cas. Et selon des informations qui leur sont parvenues, ce congrès aurait été convoqué et financé par le MCU, parti au pouvoir.

Pour l’heure, le parti, dirigé par Amine Michel  présente des candidature pour les législatives sous la bannière de l’UNDP tandis que certains ont intégré la liste du MCU.

Affaire à suivre.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher