RCA : un sous-officier de l’armée nationale assassiné à Bouar

Publié le 8 janvier 2021 , 5:12
Mis à jour le: 8 janvier 2021 5:12
des soldats faca formés par les russes à Berongo photo de eric ngaba
des soldats faca formés par les russes à Berongo photo de eric ngaba

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 8 janvier 2021, 10:58:27 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La tension est toujours vive vendredi à Bouar après plusieurs heures d’affrontement militaire ce jeudi entre les miliciens Anti-Balaka, membre de la coalition des patriotes pour le changement (CPC), et les soldats des forces armées centrafricaines  (FACA). La ville est divisée en deux : les miliciens Anti-Balaka au nord, et les forces régulières sont positionnés  vers la sortie sud, a constaté sur place un journaliste du CNC.               .

 

Selon des sources hospitalières, l’affrontement d’hier entre les rebelles et les forces gouvernementales aurait fait trois morts, principalement des Anti-Balaka, et une dizaine des blessés dans les deux camps.

Cependant, un sergent-chef de l’armée nationale, disparu depuis hier soir, a été retrouvé sans vie ce matin par ses collègues militaires. D’après des sources sécuritaires, il aurait été intercepté et mortellement poignardé par un groupe d’individus non loin du siège local de la Croix-Rouge nationale. Son arme de service a également été emportée les assaillants qui sont activement recherchés. Par les forces de l’ordre.

Selon quelques habitants de Bouar interrogés par CNC, les rebelles de 3R (Retour, réclamation et réhabilitation), qui avaient pourtant contribué à l’occupation de la ville de Bouar la semaine dernière, ont décidé de se replier, 24 heures plus tard, vers la sous-préfecture de Koui ainsi qu’à Ngaoundaye avant de revenir, dans la soirée du jeudi 7 janvier à Bouar pour appuyer leurs collègues Anti-Balaka qui affrontaient les forces de l’ordre.

Par ailleurs, dans la préfecture de la Ouaka, les russes et les soldats FACA contrôlent toujours la ville de Grimari après des heures d’affrontement qui les ont opposé avec les rebelles de la CPC, a constaté sur place un correspondant du CNC dans la ville.

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher