RCA : un soldat FACA tue l’un de ses compagnons d’armes à Amdafock.

Publié le 8 janvier 2020 , 7:41
Mis à jour le: 8 janvier 2020 7:41
Une patrouille des soldats FACA à Bangassou pour illustration. Crédit photo : Corbeaunews-Centrafrique.
Une patrouille des soldats FACA à Bangassou pour illustration. Crédit photo : Corbeaunews-Centrafrique.

 

 

Birao (République centrafricaine) – En détachement à la mission des forces tripartites à Amdafock, une localité frontalière située à 65 kilomètres de Birao, un soldat de deuxième classe de la  promotion 2018 auraient été abattus par l’un de ses compagnons d’armes, un caporal-chef des forces armées centrafricaines, a-t-on appris de source sécuritaire locale.

 

Même si les circonstances exactes de cet assassinat crapuleux n’a pas été clairement définie par les autorités militaires, certaines sources proches de l’Éta major des forces armées centrafricaines (FACA) indiquent à CNC que l’acte criminel se serait produit dans la nuit du mardi à mercredi 8 janvier, vers 21 heures locales, suite à une légère dispute, quelques heures plutôt, entre le soldat de deuxième classe, la victime, et le caporal-chef, le suspect.

Pourtant, d’après les témoins de la scène, après leur dispute, le caporal-chef, issu de la promotion 2012, faisait semblant de tout oublier. Pendant ce temps, la victime, un soldat de deuxième classe promotion 2018,  qui ne doutait de rien de son collègue, a regagné son lit vers 21h pour reposer en attendant l’heure de sa faction. À la grande surprise de tous, le suspect resurgit avec son arme bien chargée et abattre de plusieurs balles la victime.

Pour l’heure, on ignore le sort réservé au suspect qui serait en garde à vue à Amdafock. Il sera transféré à Bangui dans les heures qui suivent, selon une source militaire contactée par CNC  au téléphone depuis Bangui.

Les forces tripartites, composées de quelque 200  soldats de trois pays, en l’occurrence du Tchad, de la République islamique du Soudan et de la Centrafrique, ont pour mission de sécuriser les frontières des trois pays en proie  à l’afflux massif des rebelles.

 

Copyright©2019CNC.

 

 

Aucun article à afficher