RCA : soupçonnée de sorcellerie, une dame a été enterrée vivante à Berberati

Publié le 27 août 2020 , 3:19
Mis à jour le: 27 août 2020 3:19
intervention des forces de l'ordre dans le village situé à 21 kilomètres de berbérati
Intervention des forcces de l’ordre. Photo CNC

 

Berberati, République centrafricaine, jeudi 27 août 2020. C’est une folle et sordide affaire de famille qui a défrayé la chronique ce mercredi 26 août 2020 à Berberati, capitale provinciale de la Mambéré Kadéi, située à 584 kilomètres de Bangui, à l’ouest de la RCA.

 

La scène est survenue dans la journée du mercredi 26 août au village Barka—Panzi, situé à 21 kilomètres de Berberati, dans la préfecture de la Mambéré Kadéi. La victime, une dame d’une soixantaine d’années, soupçonnée de sorcellerie depuis plusieurs années par les habitants dudit village, a été durement frappée par ses enfants et enterrée vivante par la population locale, en complicité de ses enfants.

En effet, quelques heures plutôt, l’un des enfants de la victime est décédé dans des circonstances troubles. Et tous les regards se tournent vers sa maman, soupçonnée par  une partie de ses enfants en vie d’avoir assassiné mystiquement leur frère. Après l’enterrement de la dépouille mortelle, une discussion s’éclate entre la vieille dame et ses propres enfants. Les armes blanches sont sorties, et la dame a été durement frappée et enterrée vivante par ses propres enfants, appuyés par un groupe des jeunes du village qui l’ont également suspecté  de sorcellerie.

Cependant, un véhicule de la société forestière VICA,basée à 4 kilomètres du village Barka—Panzi sur l’axe Nola, de passage dans le village, est arrivé sur la scène. Heureusement, à bord de ce véhicule de Vica, il y avait des éléments de la gendarmerie détachés au service de sécurité de ladite société. En constatant les faits, ces gendarmes se sont précipités pour déterrer la tombe de la victime et la faire sortir miraculeusement vivante. Sous les menaces des populations locales, les gendarmes ont dû transférer la vieille dame à Berberati pour des contrôles médicaux.

Pour l’heure, on ignore si une plainte a été déposée, mais le service de la gendarmerie de Berberati a confirmé à CNC que la victime est en sécurité, et sa vie n’est plus en danger.

Notons que depuis plusieurs années en République centrafricaine, la montée des sentences extrajudiciaires est de plus en plus inquiétante  en raison de l’absence de l’administration judiciaire sur tout le territoire national.

 

De Berberati, Igor Zaïlé pour CNC

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher