RCA : situation tendue, plusieurs quartiers du sixième arrondissement sont bouclée ce matin par les forces de l’ordre

Publié le 10 mars 2021 , 8:24
Mis à jour le: 10 mars 2021 8:24
les soldats faca en patrouille à Bangui 3
Les soldats FACA en patrouille dans les rues de Bangui, le 22 janvier 2021. Photo CNC

 

Bangui, République centrafricaine, mercredi, 10 mars 2021 ( Corbeaunews-Centrafrique). Les forces de défense et de sécurité intérieure, lourdement armées,  ont bouclé ce mercredi matin plusieurs quartiers du sixième arrondissement de Bangui, au sud de la capitale, ou elles procédaient à des arrestations massives d’individus de sexe masculin. Selon le porte-parole du gouvernement, Monsieur Ange-Maxime Kazagui, il s’agit d’un contrôle des pièces d’identité et de la sécurisation de la capitale. Or, de nombreuses sources indiquent le contraire.

 

Selon certains habitants de ces localités interrogés par CNC, le bouclage a commencé au levé du jour vers 5 heures. L’opération a duré plusieurs heures dans plusieurs quartiers du sud de la capitale, suscitant la colère des habitants qui se plaignent du fait que  les forces de l’ordre leur demandent  leur carte d’électeur. Une allégation rejetée par le gouvernement  qui présente le bien-fondé  de cette opération. Selon le ministre et porte-parole du gouvernement Ange-Maxime Kazagui, les Centrafricains doivent doubler de vigilance . Il l’a dit lors d’une interview accordée à la radio  Ndékèluka .

« Le travail consiste à identifier  les gens… Si certains n’ont pas de cartes  d’identité, et bien s’ils ont une carte d’électeur, ils la présentent.  Ils ont peut-être un permis de conduire,  ils le présentent. On n’a pas dit qu’on avait fait un travail pour aller récupérer les permis de conduire. Mais je vous reviens à l’essentiel. Pourquoi attend nous un État d’urgence ?  C’est parce que justement  il y’a un travail de sécurité  profond à faire. Le CPC et les autres bandits  qui les accompagnent, ils sont rentrés dans la ville de Bangui. Alors, il faut bien que ce travail se fasse. Parce que ces gens là,  ceux qui ont réussi à regagner certaines zones l’ont fait, d’autres sont cachés dans des maisons. Il faut que ce travail se fasse. Par ce qu’en réalité, je veux, le rappeler aux Centrafricains et Centrafricaines,  attention !  Nos ennemis ne dorment pas, ils sont toujours là. Et une attaque de l’intérieur peut toujours nous surprendre. C’est pourquoi  le gouvernement  prend des mesures pour faire des murs de sécurisation  en allant case après case,  maison après maison », a réagi Monsieur Kazagui.

Notons que cette opération de contrôle d’identité intervient quelques mois après une contestation populaire à propos du tarif « exorbitant » de carte nationale d’identité et de permis de séjour par  la société  .

 

 

Aucun article à afficher