RCA : Serge Singha Bengba, candidat de la renaissance et réformes du Basketball centrafricain

Publié le 25 février 2021 , 11:59
Mis à jour le: 25 février 2021 11:59
Le député de la nation, Serge Singha BENGBA , une image tirée sur les réseaux sociaux
Le député de la nation, Serge Singha BENGBA , une image tirée sur les réseaux sociaux

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 26 février 2020, 05:37:59 ( Corbeaunews-Centrafrique ). A un jour de l’Assemblée générale élective de la fédération centrafricaine de Basketball prévue pour le 27 février 2021, les différents candidats continuent de présenter leurs visions et projets visant à relever cette discipline sportive. Le candidat Serge Singha Bengba, dans sa vision, compte redonner au Basketball centrafricain sa grandeur et ses lettres de noblesse avec comme objectif ultime le retour de « Yassitoungou » en République centrafricaine.

 

Une vision présentée aux professionnels des médias lors d’une conférence de presse organisée à Bangui ce jeudi 25 février 2021. Ci-dessous l’intégralité  du projet de Serge Singha Bengba, Opérateur économique, député de la nation, fondateur du complexe scolaire et universitaire Newtech institut et Président du club de Basket « Newtech Bantou club ».

  • CONSTAT

Le basket-ball centrafricain a beaucoup perdu de sa splendeur et cela se constate par les mauvais résultats en compétitions internationales des clubs ou les équipes centrafricaines ne jouent même plus les premiers rôles en zone 4  que nous avions toujours dominé par le passé.

En équipe nationale, même si les résultats médiocres enregistrés à l’Afrobasket de 2015 à Tunis qui nous avait ramené à la 14ème place continentale sont aujourd’hui légèrement améliorés au vu de la dixième  place que nous occupons actuellement selon le classement Fiba Internationale, et de notre qualification pour l’Afrobasket 2021 au Rwanda, beaucoup reste encore à faire pour que notre équipe nationale retrouve sa place parmi les 4 meilleures du continent.

De l’avis général, le problème est d’abord lié à un manque de vision globale et de perspectives claires assignées aux différents acteurs qui interviennent dans la chaine de valeur du basket-ball centrafricain, d’où la nécessité de mettre en place un bureau fédéral ayant une vraie vision avec un plan d’action réaliste à mettre en œuvre.

  • VISION DE LA RENAISSANCE

Notre vision consiste à redonner au basket-ball centrafricain sa grandeur et ses lettres de noblesse avec comme objectif ultime le retour de Yassitoungou en République Centrafricaine.

Pour atteindre cet objectif global, nous prévoyons si nous sommes  élus une série de réformes ayant les objectifs spécifiques suivants :

  • la vulgarisation, la diffusion et la promotion du basket-ball sur toute l’étendue du territoire national sous-tendue par la recherche des talents et des grandes tailles ;
  • le renforcement des actions formatives en direction de tous les acteurs (entraineurs, joueurs et officiels techniques) ;
  • l’amélioration de la qualité des championnats nationaux dans toutes les catégories ;
  • le soutien renforcé à tous les intervenants de cette discipline (assurance joueur, meilleure rémunération des joueurs, entraineurs et officiels techniques) ;
  • l’ouverture au monde afin d’offrir aux joueurs talentueux des perspectives de carrière à l’international ;
  • la gestion orthodoxe et rationnelle des ressources humaines, financières et matérielles nécessaires au développement du basket-ball ;
  • l’organisation des états généraux du basket Ball Centrafricain afin de renforcer la cohésion et de pacifier les relations entre ses différents acteurs.

 

  • PLAN D’ACTION ET GRANDS TRAVAUX DE LA RENAISSANCE

Pour atteindre nos objectifs, un plan d’action de réalisation des grands travaux de la renaissance doit être mis en œuvre. Nous allons décliner ci-après ce plan d’action objectif par objectif :

  • Vulgarisation du basket-ball

Cet objectif nécessite de :

  • construire des terrains de basket-ball dans tous les quartiers et dans toutes les villes de province ;
  • réhabiliter les infrastructures existantes ;
  • organiser une campagne de recherche des grandes tailles et des talents sur toute l’étendue du territoire national ;
  • organiser des actions de promotion autour des shows du genre ‘’Begin show’’ des années 70, avec des joueurs talentueux pour susciter l’envie chez les plus jeunes.

 

 

 

  • Renforcement des capacités

Susciter des vocations ne suffit pas encore faut-il correctement former les entraineurs et par voie de conséquence les joueurs.

Pour cet objectif, notre plan d’action se décline en plusieurs phases :

  1. formation des officiels techniques (commissaires techniques, arbitres, délégués…)

Mettre en œuvre un plan de formation continue des officiels techniques et de participant aux stages internationaux (suivi, promotion, recyclage) ;

  1. formation des jeunes

Après avoir procédé au recensement des jeunes ayant des prédispositions pour le basket ball (grande taille, dextérité, adresse…), mettre en œuvre des camps périodiques de formation de qualité.

Renforcer le championnat des jeunes, les tournois inter-arrondissements, le sport universitaire et scolaire.

Intensifier la participation des entraîneurs aux stages nationaux  et internationaux de formation.

  1. Création d’un centre de formation et de préparation

De tout cela nous pouvons dire que le temps est venu pour que nous envisagions d’avoir un centre de formation et d’entrainement afin de mieux préparer nos athlètes et nos entraineurs à affronter les différentes compétitions internationales.

  • Amélioration de la qualité des championnats

Le niveau trop disparate des clubs de la ligue de Bangui, tire le niveau global du championnat senior vers le bas.

D’où la nécessité de créer deux divisions avec une 1ère division dont le nombre de club serait limité à 8 pour relever le niveau de l’engagement des équipes et l’émulation. Les clubs de 2ème division vont se battre chaque année pour monter en première division.

 

 

Après chaque tour du championnat il est crucial d’établir en permanence une liste de 2O joueurs dans les différentes catégories suivantes (cadette, junior, senior) qui seront regroupés sur une durée de 10 jours afin de développer très tôt des automatismes entre les jeunes.

A côté du championnat créer le 1er décembre une coupe baptisée « Coupe de la République ». Seules les  4 meilleures équipes de Bangui ainsi que les 4 meilleures équipes des ligues de province participeront à cette coupe.

Renforcer et soutenir le championnat scolaire et universitaire avec la possibilité d’envoyer les meilleures équipes au championnat du monde universitaire.

 

  • Soutien à tous les acteurs majeurs du Basket Ball
  • améliorer la rémunération des joueurs, des entraineurs et surtout des officiels techniques pour mieux lutter contre la corruption ;
  • prendre langue avec les assureurs pour une meilleure couverture des joueurs, les entraineurs et des officiels techniques
  • mettre en place un dispositif de placement professionnel des joueurs ou de soutien à leurs activités génératrices de revenus en cas de besoin ;
  • mettre en place un fonds de solidarité pour soutenir les anciens joueurs dans la détresse.
  • gestion orthodoxe des ressources du basket 

Améliorer la gestion administrative et financière de la fédération.

  • Ouverture au monde

Offrir aux jeunes talents centrafricains des perspectives de carrière à l’international.

 

  • FINANCEMENT DE LA RENAISSANCE DU BASKET BALL

Pour financer ce plan d’action et ces grands travaux nous allons :

  • Faire un lobbying pour la relance et le vote du projet de loi portant création du Fonds national de développement du sport ;
  • monter des projets réalistes et pertinents à présenter aux bailleurs de fond (FIBA Monde, CIO, US AID, Coopération Française, Coopération allemande, Fonds arabe, …)
  • faire appel aux sponsors (plaidoyer pour des réductions d’impôts aux personnes morales et physiques qui financent la fédération centrafricaine de basket-ball).

 

v- Conclusion

Pour mettre fin à la sclérose, le repli, sur soi, l’échec social, sportif et humain, le basketball centrafricain doit aujourd’hui interroger, en profondeur, son fonctionnement, son organisation, son rapport à la société centrafricaine, sa relation avec la jeunesse,  les clubs, les licenciés, et son modèle économique.

Les différentes crises  que notre pays la Centrafrique traverse actuellement doivent renforcer notre réflexion pour mettre en œuvre de nouveaux modèles d’organisation et de travail solidaires et performants susceptibles de permettre à notre sport Roi de se développer mais surtout de renforcer la cohésion sociale, le vivre ensemble et l’épanouissement de la jeunesse.

Nous ne pouvons pas sortir de ces crises que nous vivons en reproduisant  à l’identique, les méthodes du passé. Pour sortir de ces difficultés, il nous faut plutôt revisiter le logiciel du fonctionnement actuel de notre institution.

Parce que nous ne pouvons pas être sans avoir été, nous aurons les pieds enracinés dans notre passé et la tête tournée vers le futur, notre futur.

Notre Basket-ball est à la croisée des chemins, il peut poursuivre vers l’excellence ou dépérir.

La recherche de l’excellence est la raison d’être du Projet de la Renaissance du Basket-Ball Centrafricain porté par l’équipe du bureau fédéral conduite par l’ honorable Serge Singha Bengba, Opérateur économique, Député de la nation, Fondateur du complexe scolaire et universitaire Newtech institut et Président du club de Basket « Newtech Bantou club ».

 

Par Cyrille Jefferson Yapendé

Journaliste rédacteur

Tel : 72 62 01 14

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher