RCA : réponse de Monsieur Jean-Serge Wafio, Président du PDCA suite  à la réaction politique du Premier ministre Firmin Ngrebada mise sur Facebook

Publié le 20 avril 2021 , 9:10
Mis à jour le: 20 avril 2021 9:10
Firmin Ngrébada - Premier ministre centrafricain, lors de la passation de service, le 25 févriers 2019
Firmin Ngrébada – Premier ministre centrafricain, lors de la passation de service, le 25 févriers 2019. Photo RNL

 

 

Bangui, République centrafricaine, mercredi, 21 avril 2021 ( Corbeaunews-Centrafrique). Quand vous êtes là-haut, il ne faut jamais pisser sur ceux qui sont en bas, car si vous leur pissez dessus, ils vous laisseront tomber dans vos propres urines ’’. C’est la substance de la réaction de l’opposant Jean-Serge Wafio aux propos du premier ministre Firmin Ngrebada sur son compte Facebook dans lesquels   il traite le Président du PDCA comme un moins que rien, pour ne pas dire un collabo de la CPC.

Ci-dessous la réponse de l’opposant Jean-Serge Wafio.

 

 

A l’attention du Premier Ministre NGREBADA

Comme je vous l’avais annoncé, je fais réponse à votre réaction politique mise sur Facebook, dans laquelle transparaissent une certaine intention de me traiter comme votre marchepied. Dans les respects et les considérations dus à vos charges politiques, je me permets de vous rappeler un adage Zangoa : ‘’ Quand vous êtes là-haut, il ne faut jamais pisser sur ceux qui sont en bas, car si vous leur pissez dessus, ils vous laisseront tomber dans vos propres urines’’.

Je ne réagirais pas à votre manière, avec amalgames et confusions, mais je vous formule mes observations de manière assez analytique :

  • Premier Ministre NGREBADA, vous jubilez dans votre réaction politique mise sur Facebook, parce que vous aviez qualifié vous-même les chefs d’accusation,
  • Diffamation,
  • Accusation gratuite,
  • Soutien à la CPC,
  • Dénonciation calomnieuse,
  • Atteinte à l’honneur et à la considération,

Assortis de la dissolution du Parti Démocratique Centrafricai-PDCA.

C’est pour dire que vous avez déjà tracé la voie que devrait suivre le juge. Vous l’enfermer dans un panel de griefs et vous l’empêchez de dire le droit, car s’il disait le droit, à mon humble avis, ce serait l’ouverture d’une information judiciaire, compte tenu de la concordance des affirmations et du faisceau de soupçons et de suspicions contre vous. Est-il que je me réserve le droit, avec mon avocat, de demander officiellement l’ouverture d’une information judiciaire, que certes, compte tenu de votre statut, vous empêcherez la réalisation, mais qui pourrait bien avoir lieu à terme.

  • Premier Ministre NGREBADA, ce n’est pas parce que vous êtes Premier Ministre que vous vous octroyez le droit de me traiter comme votre marchepied. Intellectuellement, politiquement et administrativement, vous ne me valez pas, et vous n’êtes pas un homme politique, mais plutôt un aventurier politique. Je ne le dis pas par orgueil, mais par sincérité, objectivité et constats de vos limites que vous étalez au quotidien. Et j’en profite pour demander humblement aux Dignitaires du Parti Politique KWA NA KWA – KNK, de faire leur mea culpa et demander pardon au Peuple Centrafricain, pour avoir négocié avec leurs pairs de Lille et de Lyon (France), pour arranger et faire déclarer élu le Président TOUADERA en 2015-2016, et qui traîne avec lui des collaborateurs qui ne méritent pas les places qu’ils occupent
  • Premier Ministre NGREBADA, le fait que vous et vos pairs, vous pataugiez dans la mare des scandales financiers et autres, ne vous donne pas le droit de me traiter de voleur et d’incapable, par mauvaise foi. S’il faudrait établir un tableau comparatif des scandales financiers et autres par régime politique, le régime MCU aura la palme d’or. Même si vous pensez détruire ou brûler les preuves ou archives nationales, comme certains l’avaient fait avant vous, celles-ci se trouvent, depuis le régime BOKASSA, dans les quartiers et maintenant sur la toile. Sachez que les compatriotes que tous les régimes politiques ont martyrisés, avaient et ont documenté et détiennent des dossiers qui seront mis sur la place publique au moment où les circonstances le permettront. Même morts, beaucoup d’entre nous seront condamnés ou bannis.
  • Premier Ministre NGREBADA, je suis sidéré de constater qu’en dépit de votre niveau intellectuel, vous êtes incapable de comprendre ce qu’on appelle métaphore. Certes, le français n’est pas notre langue maternelle, mais le colon français nous l’avait imposé pour mieux nous exploiter et nous faire perdre notre identité. Mais, compte tenu de votre niveau intellectuel, vous êtes censé comprendre les nuances d’une phrase transcrite entre guillemets et au conditionnel.

Cela signifie quoi ?

Cela signifie que la personne qui a transcrit cette phrase entre guillemets et au conditionnel, n’est pas la personne qui l’a prononcée. Cette phrase que j’ai transcrite entre guillemets et au conditionnel, dans mon analyse politique, qui vous a fait réagir de manière épidermique, est prononcée par un Cadre du Mouvement des Cœurs Unis – MCU, et elle reflète ce qui se dit tout bas actuellement au sein de votre Parti Politique. Et en tant que Premier Ministre, et actuellement perçu dans votre Parti Politique comme celui par qui le scandale est arrivé, vous êtes censé connaître les intrigues qui s’y déroulent actuellement, à moins de faire preuve d’une malhonnêteté politique.

Comme cette métaphore ‘’ pile tu es mort, face je te tue : les coups bas au MCU” vous a mis dans tous vos états d’âme, acceptez de comprendre que celle-ci est, empruntée à l’envers à l’UERL COUPSFRANCS, et utilisée pour évoquer les intrigues actuelles au MCU, et vous ne pouvez nier qu’il n’y a pas d’intrigues au MCU. Certes, vos responsabilités politiques limitent votre disponibilité, mais vous pouvez demander à l’un de vos collaborateurs d’aller sur le site en utilisant le lien : https//www.coupsfrancs.com, sous intitulé et coordonnées :

COUPSFRANCS

Face tu es mort, pile je te tue

contact@coupsfrancs.com

info@coupsfrancs.com qui est un site spécialisé en matière politique et de foot ball. Je vous avertis, il est assez critique

  • Premier Ministre GREBADA, vous osez me mépriser avec mon Parti Politique, le Parti Démocratique Centrafricain PDCA, parce que nous ne sommes pas visibles. Et vous avez entièrement raison. Nous ne sommes pas visibles dans les circonstances actuelles, compte tenu de l’insécurité généralisée que vous avez érigée en méthode de gestion du pouvoir de l’Etat. Le PDCA n’est pas le MCU, un conglomérat de clans et de groupes d’intérêts sur fond de mafia, qui utilise les moyens de l’Etat pour monnayer des militants de circonstances. Je vous mets en défi de démontrer vos dimensions nationales, à travers vos organes de base. A l’intérieur du pays, le MCU n’est qu’une coquille vide, et c’est à Bangui que vous monnayez des militants de circonstances pour fanfaronner.

Je n’ai pas créé le PDCA pour vivre politiquement de subsides. Je l’ai créé, selon une vision politique noble et ambitieuse, celle de ‘ faire émerger à terme et par voie démocratique, une société plus humaine, plus responsable et plus participative, qui réponde aux aspirations premières de la personne humaine universellement admises : Justice, Liberté, Equité, Dignité Humaine,

Responsabilité, Solidarité, vision reflétée par ” Oser et Réussir à faire de la Politique une Mission d’Objectifs et non une fonction”.

Si je voulais vivre de subsides politiques avec le PDCA, peut-être que je me ferais depuis allié politique du MCU et pourrais vous menacer fortement dans vos ambitions démesurées de positionnement politique, parce que le Président TOUADERA me connait politiquement. C’est pour vous dire que le PDCA n’est pas un club d’amis, ni un tremplin de propulsion politique. Mon Parti a eu à participer à la vie politique publique et avait des dimensions nationales, parce qu’il était structuré en :

  • 09 Fédérations
  • 63 Sous-Fédérations,
  • 3 334 Sections
  • 14 800 Cellules.

Tous ces organes de base ont été déstructurés ou disloqués avec l’insécurité généralisée mise en place par la coalition seleka et que vous érigez en méthode de gestion du pouvoir. Le contexte de l’insécurité nous a obligé de faire une pause sabbatique, parce que beaucoup de nos Pionnières et Pionniers ont été tués et calcinés par votre partenaire Ali NDARASSA à Alindao, tués et portés disparus à Mingala, Ippy, Bambari, Bakala, Grimari, Sibut, Dékoa, Kaga Bandoro, Batangafo, Bouca, Bossangoa par vos autres partenaires mercenaires importés.

Vous pouvez dissoudre le PDCA comme vous l’envisagez, si le droit vous le permet ou par voie d’autorité, mais ma vision politique a été suffisamment vulgarisée, acceptée et si je suis empêché d’une manière ou d’une autre, certains reprendront le flambeau.

  • WAFIO, soutien CPC

Premier Ministre NGREBADA, là vous délirez diaboliquement et psychopathique ment, et vous vous affirmez dangereux politiquement, parce que votre logique, ‘’ Ou tu es avec moi, ou tu es contre moi, donc mon ennemi’’.

Je me permets de vous dire qu’en Zangoa que je suis, je reste fier d’être Gbaya de Bossangoa. Je ne renierais pas mes origines. Vous partagez la logique soutenue par votre prédécesseur, l’ancien Premier Ministre SARANDJI qui m’avait sibylline ment répondu, que c’est parce que BOZIZE YANGOUVONDA a pris la tête de la CPC que les gbaya sont ethnocidés ou génocidés.

Voilà comment vous discréditez, désacralisez, déshonorez et dévalorisez les missions politiques du Premier Ministre.

Sincères considérations

 

WAFIO Jean Serge

Président du PDCA

Aucun article à afficher