RCA : remaniement gouvernemental, le chef rebelle Ali Darassa hausse le ton.

Publié le 13 avril 2020 , 2:16
Mis à jour le: 13 avril 2020 2:16
arrivée du chef rebelle Ali Darassa à Ngakobo le 21 août 2019 avec ses nombreux gardes du corps par bertrand yékoua du cnc
arrivée du chef rebelle Ali Darassa à Ngakobo le 21 août 2019. Crédit photo : Bertrand Yékoua / Corbeaunews.

 

Bangui (République centrafricaine) – La tension est vive depuis quelques jours entre le chef de l’État, Faustin Archange TOUADERA, et le chef rebelle Ali Darassa, chef d’État major de l’UPC. En cause, le dernier léger remaniement gouvernemental, procédé par le mathématicien de Boy-Rabe, et  ayant abouti au limogeage de l’ancien ministre de l’Élevage, monsieur Amadou bi Aliou, l’un des représentants de l’UPC au gouvernement, au profit de monsieur Hassan Bouba, conseiller politique de l’UPC, proche de messieurs Valery Zakharov. Les tractations se poursuivent, mais le chef rebelle hausse brusquement le ton.

 

Décidément, rien ne va plus dans le pays ce dernier temps. Le pouvoir de Bangui, à quelques mois des élections, semble être en perdition.

Depuis le retour au pays de l’ancien Président François Bozizé, puis l’annonce de sa candidature à la prochaine élection, suivie par l’annonce de la candidature de l’honorable Martin Ziguélé, Président du  parti MLPC, investi aussi pour la prochaine présidentielle, le chef de l’État, Faustin Archange TOUADERA, probable candidat à sa propre succession, paraît tétaniser face à ses deux potentiels adversaires de poids. Ils tentent tout pour le tout pour les discréditer dans les médias progouvernementaux, mais également  sur les réseaux sociaux via les avatars.

À travers le conseil de ses amis russes, il se laisse pousser les ailes jusqu’au point de choquer certains de ses alliés des groupes armés.

Le dernier en date, c’est sa prise de tête avec le chef rebelle Ali Darassa, chef d’État major de l’UPC ( Unité pour la paix en Centrafrique ) qui lui reproche son manque de coopération lors du dernier remaniement ministériel ayant abouti au limogeage de l’ancien ministre de l’Élevage, monsieur amadou bi Aliou, l’un des représentants de l’UPC au gouvernement, au profit de monsieur Hassan Bouba, conseiller politique de l’UPC, très froid ce dernier temps avec son patron, le chef rebelle Ali Darassa qui le soupçonne de vouloir s’occuper que de ses propres affaires avec Valery Zakharov que de défendre les intérêts de l’UPC.

Mais après plusieurs heures de discussions menées par Valery Zakharov, une réunion a été organisée à Gbokologbo ce dimanche 12 avril, en présence du ministre de l’élevage sortant, monsieur Amadou bi Aliou, et  monsieur Hassan Bouba, le nouveau ministre de l’élevage fraîchement nommé grâce à l’influence de son ami russe  Valery Zakharov.

D’après les proches du chef rebelle, contactées par CNC, une entente aurait été trouvée, et une date de passation entre le ministre sortant, monsieur Amadou bi Aliou  et son successeur fraîchement nommé Hassan Bouba a également été annoncé pour ce mardi 14 avril.

 

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher