RCA : recrutement dans la police et la gendarmerie, manifestation de certains  candidats omis

Publié le 12 septembre 2020 , 3:39
Mis à jour le: 12 septembre 2020 3:39
candidat au concours du recrutement des policiers et gendarmes lors des épreuves sportives à Bangui le 16 septembre 2019. Crédit photo : Minusca.
candidat au concours du recrutement des policiers et gendarmes lors des épreuves sportives à Bangui le 16 septembre 2019. Crédit photo : Minusca.

 

Bangui, République centrafricaine, samedi 12 septembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Plus d’un millier des candidats aux épreuves physiques et sportives au concours de recrutement des policiers et gendarmes ont manifesté ce samedi 12 septembre pour dénoncer l’omission de leur nom sur la liste alors qu’ils avaient composé les épreuves écrites la semaine dernière. Au même moment, certains en profitent pour s’élever contre la corruption passive alimentée par certains surveillants.

 

Dix jours après avoir composé les épreuves écrites, les candidats au concours de recrutement des policiers et des gendarmes ont été convoqués ce vendredi 11 septembre pour les épreuves physiques et sportives. Au même moment, un millier des candidats, qui ont pourtant composé les épreuves écrites la semaine dernière,  n’ont pas vu leur nom figuré sur la liste pour les épreuves sportives. Ils ont manifesté ce vendredi devant l’Institut national de la jeunesse et des sports pour demander des précisions sur leur sort.

« Nous sommes mécontents  ce matin par rapport au programme des épreuves physiques. Pour nous, les cas d’omission et des absents, nous sommes là depuis 6 heures, mais aucun responsable sportif est là pour pouvoir nous rassurer. On est là dans le noir », s’alarme un candidat, alors qu’un autre demande quant à lui aux autorités centrafricaines de « prendre leur responsabilité dès maintenant ».

 

Pendant ce temps, d’autres candidats préfèrent s’élever contre passive alimentée par certains surveillants.

« …ce que vous cherchez là n’est pas bien. Nous, on ne veut pas créer de trouble.  Parce qu’à tout moment,  quand on veut composer, on nous dit de mettre le caillou. Nous qui n’avons pas des parents pour aller nous soutenir, on va faire comment ?On a un peu de bagages intellectuels… », dénonce un autre candidat.

 

Notons que le terme « mettre des cailloux » voudrait dire qu’il faut leur graisser les pattes, c’est-à-dire leur donner de l’argent pour les corrompre et obtenir leur faveur.

Affaire à suivre.

 

Destin Ibrahim

Tél. : 70 13 39 47

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

Aucun article à afficher