RCA : RÉACTION DE LA CPC À LA SUITE DE LA DÉCLARATION D’UN CESSEZ-LE-FEU UNILATÉRAL ET IMMÉDIAT PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,

Publié le 18 octobre 2021 , 10:35
Mis à jour le: 18 octobre 2021 10:35
l'ancien Président François Bozizé lors de son point de presse à Bangui le samedi 21 novembre 2020 à la suite de l'incident militaire ayant opposé ses éléments de sécurité à ceux de la garde présidentielle. Photo CNC - Cyrille Jefferson Yapendé
l’ancien Président François Bozizé lors de son point de presse à Bangui le samedi 21 novembre 2020 à la suite de l’incident militaire ayant opposé ses éléments de sécurité à ceux de la garde présidentielle. Photo CNC – Cyrille Jefferson Yapendé

 

République Centrafricaine
Unité – Dignité – Travail

Coalition des Patriotes pour le Changement

Coordonnateur Général
Porte-parole politique

RÉACTION DE LA CPC À LA SUITE DE LA DÉCLARATION
D’UN CESSEZ-LE-FEU UNILATÉRAL ET IMMÉDIAT
PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,

FAUSTIN ARCHANGE TOUADÉRA

 

La Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.), a appris par la voie des ondes la déclaration du Président Faustin Archange TOUADÉRA proclamant un cessez-le-feu unilatéral et immédiat à partir du vendredi 15 octobre 2021 à minuit.

Avant d’exprimer sa réaction à cette annonce, attendue depuis la publication du procès-verbal du 3ème mini-sommet des Chefs d’État de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) du 16 septembre 2021 à Luanda, la Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.) tient à faire tout d’abord un rappel en trois points :

Premier point : La crise politico-militaire en cours a été imposée à la Coalition des Patriotes pour le Changement et à la population centrafricaine, par l’acharnement du Président Faustin Archange TOUADÉRA et du pouvoir de Bangui à s’opposer au jeu démocratique normal en empêchant les candidats déclarés de se soumettre librement au verdict des urnes. En quittant Bangui le 30 novembre 2020, François BOZIZÉ Yangouvonda, ancien Président de la République, ne partait pas prendre le maquis ni créer une rébellion, mais poursuivait des déplacements dans le cadre de sa campagne électorale. L’invalidation de sa candidature par la Cour Constitutionnelle a modifié le cours des événements et la donne.

Second point : La Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.), [1]face à l’escalade militaire entre ses éléments et ceux des Forces de Défense et de Sécurité et [2] face à un bilan croissant de victimes, blessés et morts, endeuillant de nombreuses familles centrafricaines ; [3] considérant l’implication dans les combats de mercenaires étrangers du Groupe Wagner et du détachement des Forces Spéciales Rwandaises, opérant les uns et les autres en dehors de tout mandat des Nations- Unies ; avait fait une offre de cessez-le-feu dès le début des hostilités le 23 décembre 2020, offre sèchement rejetée par le Gouvernement de TOUADÉRA.

Troisième point : Une Concertation élargie des forces vives de la nation « avant la
tenue des élections générales  » a toujours été une exigence unanimement partagée

par l’opposition démocratique, la société civile, les confessions religieuses, certains membres de la Communauté internationale, etc. L’idée en a même été soutenue par la Cour Constitutionnelle. Le Président Faustin Archange TOUADÉRA y a toujours opposé un refus catégorique jusqu’à l’organisation calamiteuse des élections dans des conditions contestables et contestées, avant de se rabattre sur le concept de Dialogue Républicain, à l’écart duquel il a tenté de tenir certains protagonistes, tout en cherchant à ressusciter coûte que coûte l’APPR-RCA, qui se présenterait alors comme un carcan et non un accord. Ainsi se propose-t-il de discuter – au moyen de deux outils : avec les uns dans le Dialogue Républicain ; avec les autres dans l’APPR-RCA, dans un souci permanent de diviser, tout en poursuivant des objectifs obscurs et inavouables.

Quoi qu’il en soit, après ce rappel, La Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.), prend acte de la déclaration du Président de la République, Chef de l’État, Faustin Archange TOUADÉRA, lequel a proclamé un cessez-le-feu unilatéral et immédiat, tout en l’exhortant à pousser sa logique à son terme et à adhérer au principe d’inclusivité du Dialogue.

La Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.) note avec satisfaction, pour les en féliciter, qu’aussi bien la réaction du Secrétaire Général des Nations-Unies que la déclaration de la CIRGL ou encore celle du G5+ au cessez-le-feu, insistent les unes et les autres sur la nécessité, évidente à nos yeux, d’un Dialogue Républicain inclusif, ouvert et constructif entre toutes les forces vives.

La Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.) déplore que des personnalités de premier rang ou proches du pouvoir, concomitamment à la déclaration de cessez-le-feu, importante voire essentielle pour l’avenir de la nation centrafricaine, s’évertuent à brouiller le message du Président de la République, en donnant des signaux contradictoires et même contraires :

    • Des seconds couteaux continuent de proférer des proses guerrières dans des déclarations tonitruantes et des postures de provocation, opposées à l’esprit d’apaisement inhérent à la proclamation du cessez-le-feu ;
    • Le Président de l’Assemblée Nationale a jugé opportun de remettre une lettre de félicitation et d’encouragement aux communautés des officiers russes en Cen- trafrique, à travers leur responsable, dans l’hémicycle des représentants du Peuple, une sorte de pied-de-nez aux victimes civiles qui leurs sont imputées dans des faits encore sous investigation.

Par ailleurs, les exactions de ces mercenaires dans l’arrière-pays continuent d’endeuiller des villages entiers deux jours après l’annonce du Chef de l’État. C’est le cas à Bambari, à Benzambé et ailleurs. Il est temps que tout cela cesse immédiatement.

Lorsque le Président TOUADÉRA dit que le cessez-le-feu ne fait pas obstacle à l’exercice par les FSI de leurs missions régaliennes de maintien de l’ordre public, ni
à l’exercice de la légitime défense par les FDS, ni à la poursuite par la MINUSCA de son mandat (de protection des population), doit-on comprendre qu’il aurait omis d’indiquer aux FACA et aux Groupes des mercenaires que les attaques sur les villages, les violences et exactions sur les populations étaient également suspendus ?

La Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.) prend à témoin les communautés nationale et internationale sur ces dérives regrettables et dommageables, qui continuent à pousser des populations démunies et meurtries à se cacher dans la forêt.

Enfin, des informations de sources dignes de foi font état du recrutement par le pouvoir et de l’arrivée imminente de nouveaux mercenaires en provenance des provinces de la République Démocratique du Congo.

Avant de terminer son propos, la Coalition des Patriotes pour le Changement (C.P.C.) tient à remercier les Chefs d’État de la CIRGL, le Secrétaire Général des Nations-Unies, la CEEAC agissant en sa qualité de CER de l’Union Africaine, le G5+, pour tous les efforts de la Communauté Internationale dans la recherche des solutions à la crise multi-décennale en République Centrafricaine.

Elle souhaite que la raison puisse finalement l’emporter afin que ce conflit, qui n’a que trop duré, trouve son épilogue autour d’une table de concertation réunissant toutes les forces vives de la Nation et tous les protagonistes impliqués dans les opérations armées, dans un Dialogue Républicain Inclusif.

 

Fait à Paris, le 18 octobre 2021

P/ Le Coordonnateur Général de la Coalition des Patriotes ir le Changement

Aucun article à afficher