RCA : que se passe-t-il à Bérengo ?

Publié le 19 novembre 2020 , 10:01
Mis à jour le: 19 novembre 2020 10:01

Image d'illustration des mercenaires russes à Sibut, dans la préfecture de Kémo, au centre-sud de la Centrafrique. Crédit photo : Alain Nzilo.

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 19 novembre 2020, 15:56:48 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Le 3 novembre, le peuple centrafricain commémorait la disparition de l’ancien empereur centrafricain Jean-Bedel Bokassa. Cet homme politique occupe une place importante dans notre histoire mouvementée, presque autant que le père de la nation, Barthélémy Boganda. Alors qu’il est au pouvoir, Jean-Bedel Bokassa décide d’installer sa résidence à Bérengo. Après sa mort, il est inhumé dans le parc de Bérengo. Sa famille, qui souhaitait se recueillir sur sa tombe, a trouvé porte close.

 

Les mercenaires russes de la société Wagner se sont installés dans la résidence de l’empereur et ses accès sont sous haute surveillance. Personne ne rentre s’il n’a pas une autorisation des nouveaux occupants qui se sentent vraiment chez eux.
Il faut croire qu’il y a des choses à cacher. En effet, deux jours plus tard, le chef d’état-major des armées, le général de division Zephirin Mamadou, accompagné du conseiller du Président de la Centrafrique, Valery Zakharov et du conseiller du Ministère de la Défense, le général Oleg Polguev, a visité le centre de formation de Bérengo. Cette visite est suivie par le service de presse du chef d’état-major qui publie des photos sur les réseaux sociaux. Cette dernière ne montre pas des soldats centrafricains en formation sous la responsabilité des instructeurs russes. Non, on ne voit que 2 officiers (un centrafricain et un russe) discuter en présence de quelques mercenaires. Où sont nos soldats centrafricains ? L’on est en droit de se poser la question.

La vérité est peut être très simple mais doit être cachée aux yeux des centrafricains. Il n’y aurait pas de soldats centrafricains à Bérengo ou il ne s’y passe rien de bon.

Parce que ce qu’on sait de manière certaine c’est que les soldats centrafricains qui sont passés à Bérengo n’en gardent pas un bon souvenir. Ils perdent leur temps à des corvées pour les russes, ils sont maltraités, insultés et méprisés par les mercenaires de Wagner. Lorsqu’ils rentrent dans leur bataillon, ils n’ont rien appris de bon ou de nouveau pour leur métier.

Qu’apprendraient de plus les soldats FACA à Berengo puisqu’ils suivent déjà une formation de 4 mois avec l’EUTM qui fait d’eux des soldats professionnels ? Peut-être y sont-ils endoctrinés pour servir de nouveaux maitres ? Il faut dire que là où sont les mercenaires russes les méthodes soviétiques ne sont jamais bien loin. On sait ce qu’elles ont donné et ce qu’elles ont produit dans le monde !

En fait les mercenaires de Wagner, de plus en plus nombreux, sont-ils là pour former les FACA ou pour piller les mines d’or et de diamants de notre pays ?

Il faut voir la vérité nue.

Par Adama Bria

Journaliste

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp :+1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher