RCA : quand le porte-parole du MCU Évariste Ngamana prit en flagrant délit de mensonge

Publié le 14 décembre 2020 , 9:03
Mis à jour le: 14 décembre 2020 9:03
De gauche à droite, l'ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji et le Président Faustin Archange Touadera.
De gauche à droite, l’ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji et le Président Faustin Archange Touadera.

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 14 décembre 2020, 14:53:45 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Le régime de Touadera semble n’avoir aucun bilan à défendre pour ces élections présidentielles et législatives du 27 décembre. Monsieur Évariste Ngamana, porte-parole du parti au pouvoir, a été pris en flagrant délit de mensonge ce lundi 14 décembre sur la radio Ndékèluka.  

 

Alors que  dans une interview ce lundi 14 décembre sur la radio Ndékèluka,  monsieur Évariste Ngamana, porte-parole du mouvement des cœurs unis, parti au pouvoir, a littéralement menti sur la majeure partie de l’interview sur bon nombre de sujets.

Prenant l’exemple de la construction de l’Université au niveau du PK10, Monsieur Évariste Ngamana l’avait attribué frauduleusement au chef de l’État Faustin Archange TOUADERA alors que celui-ci  est un projet de l’église catholique de Centrafrique, membre de la conférence épiscopale  de l’Afrique centrale.

« C’est un projet de l’Université catholique d’Afrique centrale, institut  catholique  de Yaoundé. Il est hors de question qu’on nous raconte que c’est un projet de Monsieur le Président de la République. Il ne faut donc pas mentir au peuple », déclare Mathieu  SE regaza, enseignant à l’Université de Bangui.

En plus sur la question de la sécurisation du territoire national, Monsieur Évariste Ngamana a affirmé que Touadera était arrivé au pouvoir  dans un contexte difficile où l’armée était  quasi-inexistante. À travers sa vision,  l’armée est remise sur pied et se déploie peu à peu à l’intérieur du pays. Pour de nombreux observateurs, le porte-parole du MCU semble parler d’une autre armée nationale et non celle qui est actuellement en République centrafricaine. S’agissant de la bonne gouvernance et de la corruption, monsieur Évariste semble oublier que notre pays est classé parmi les 5 derniers pays au monde pour les années 2017, 2018 et 2019, et ce, après la prise du pouvoir de monsieur Faustin Archange TOUADERA.

Même si en politique, selon les politologues,  dire la vraie vérité est coûteux politiquement, il faut savoir comment mentir, et à quel moment le faire.

Affaire à suivre.

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher