RCA : présidentielle 2020, la plateforme Bioko appelle au respect des décisions de la cour constitutionnelle

Publié le 13 novembre 2020 , 3:27
Mis à jour le: 13 novembre 2020 3:27
le siège du mouvement coeurs unis au quartier malimaka dans le cinquième arrondissement par cyrille jefferson yanpendé
Le siège du mouvement Coeurs unis (MCU) du chef de l’État Faustin Archange Touadera dans le cinquième arrondissement de Bangui, au quartier Malimaka. Photo CNC / Cyrille Jefferson Yapendé.

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 13 novembre 2020, 09:16:14 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Trois jours après la clôture de dépôt de candidatures auprès de l’autorité nationale des élections qui affirme avoir enregistré  22 dossiers pour la présidentielle, et plus d’un millier pour les législatives,  tous les regards sont désormais tournés vers la cour constitutionnelle  qui a jusqu’à 03 décembre pour rendre publiques les listes définitives des candidats, présidentielle comme législatives. Cependant, la plateforme Béoko, qui soutient la candidature du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA appelle les potentiels candidats au respect des prochaines décisions de la cour constitutionnelle. Pourquoi ?

 

Mercredi, 11 novembre, à Bangui, la coordination de la plateforme « BÉOKO», composée des partis et associations politiques  qui se sont engagés à soutenir  la candidature du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA à la présidentielle du 27 décembre 2020, a appelé, lors d’un point de presse,  tous les prétendants  à faire preuve  de maturité  au moment de la publication  des listes définitives  des candidats par la cour constitutionnelle.

Selon les responsables de cette plateforme politique, l’heure n’est plus  au conflit, mais à l’apaisement. Selon eux, certains candidats savaient pertinemment qu’ils  sont inéligibles  selon le code électoral,  mais ont déposé quand même leur dossier  auprès de l’autorité nationale des élections  pour la simple raison qu’ils voudraient créer de trouble  en cas de rejet.

«  Cette question de candidature pose problème  par rapport à l’interprétation   de l’article 36  qui définit les conditions d’éligibilité. Nous, nous constatons que  c’est de velléité   qui se prépare.  C’est pour cela que nous voulons informer  et attirer l’attention de  la communauté nationale, internationale, et au peuple centrafricain     De rester vigilants parce qu’on ne peut pas à la fois prendre le chemin  de la République, c’est-à-dire de la démocratie, et aller à l’encontre  des principes démocratiques », a déclaré monsieur  Patrick Thierry Akoloza, rapporteur général de cette plateforme politique, qui a également ajouté que « si vous voyez  engouement  manifesté par  les candidats, aux législatives  nous avons 1000 aujourd’hui, nous avons 22 candidats à l’élection présidentielle. Tout ce beau monde-là  c’est parce qu’ils ont envie de la paix. Mais généralement en Afrique,  quand on aura les élections,  il y’en a qui prépare  des contestations et  des troubles. C’est pour cela que nous voulons attirer l’attention  des uns et autres », a-t-il ajouté.

Or, dans les rues de la capitale, nombreux sont ceux qui se demandent la raison de cette déclaration de la coordination de la plateforme Bioko.

« Le chef de l’État a-t-il quelques pressions politiques à faire sur la cour constitutionnelle afin d’invalider injustement la candidature de certains de ses opposants ?

Justement, lors d’un point de presse de la coalition de l’opposition démocratique, le porte-parole, maître Nicolas Tiangaye avait déclaré que le gouvernement serait en train de manœuvrer en coulisse afin de disqualifier les candidatures de certains membres de l’opposition démocratique.

Cependant, quelques semaines plutôt, lors d’un autre point de presse de l’opposition démocratique,  l’ancien Président François Bozizé, actuel Président de la COD2020, avait déclaré que le projet de la modification du code électoral approuvé par le l’Assemblée nationale  serait un jeu du pouvoir tendant à le disqualifier de la course au fauteuil présidentiel.

Un mois plus tard, son Directeur de campagne, après le dépôt des candidatures de l’ancien Président auprès de l’autorité nationale des élections, indique à CNC qu’ils sont très confiants pour la validation de la candidature de leur champion  François Bozizé par la cour constitutionnelle.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher