RCA : pour la coalition Siriri, « Le Président TOUADERA n’est pas apte et crédible pour organiser les élections en décembre 2020 et encore moins diriger le pays ».

GERVIL DIEUBENIT SAMEDI, Coordonnateur de la coalition Siriri.
GERVIL DIEUBENIT SAMEDI, Coordonnateur de la coalition Siriri. Photo de courtoisie.

 

RCA: Le Poisson d’avril du Président TOUADERA

 

L’histoire de la politique Centrafricaine nous rappelle qu’il fut un temps où le peuple centrafricain aspirait à la démocratie, au multipartisme, à l’alternance au pouvoir et au renouvellement de sa classe politique.

Les Centrafricaines et Centrafricains se souviendront qu’en 2015 déjà la COALITION SIRIRI, avait fustigée le processus électoral en déclarant que si l’aspiration du peuple s’était traduite par des élections, aujourd’hui on peut bien se poser la question de savoir pourquoi Ange Felix Patassé paix à son âme et François Bozizé n’ont pas achevé les mandats à la tête de l’État Centrafricain?

Qu’il s’agisse de A.F. Patassé ou de F. Bozizé, hier et Touadera aujourd’hui, tous les trois se sont battus bec et ongle, armes à la main pour justifier leur légitimité parce qu’élus démocratiquement. Les mêmes effets produisent toujours les mêmes résultats.

En réalité, il faut reconnaître qu’aucune de ces élections n’étaient crédibles, transparentes, régulières et ouvertes à toutes les centrafricaines et tous les centrafricains. Une élection est tout, sauf le congrès ou l’assemblée générale d’un parti politique ou regroupement des partis politiques.

Ce qui se passe aujourd’hui en Centrafrique, n’est rien d’autre qu’une copie conforme des échecs que le pays a connus. Ce schéma est connu de Centrafricaines, et de Centrafricains. Nous avons depuis bien longtemps dans nos précédentes déclarations, non seulement dénoncé des officines étrangères lesquelles par les mains invisibles à acheter des consciences et faire valoir leurs opinions, mais aussi rejeter cette mascarade d’élections de 2020.

Des milliers des centrafricaines et des centrafricains dispersés ici et là se trouvent marginalisés et exclus de ce processus de consultation populaire et d’exercice de démocratie.

Les mêmes personnes qui ont conduit le pays à la dérive ont cru un moment se faire une virginité parce que tout simplement, elles sont candidates et le pays ira pour le mieux.

Le 1er avril dernier, le professeur de Math, ci-devant TOUADERA, s’est livré à un exercice droit de réponse aux revendications légitimes du peuple centrafricain, dont nous avons eu le courage et le mérite de porter à la place publique au nom du peuple, dont il se targue de servir.

Il a fait le décompte, son échec à relever le défi est patent et nous encourage à poursuivre le combat pour la libération totale de notre pays. Son poisson d’avril est indigeste et cette saveur ne peut être humée que par les marchands d’un bonheur illusoire.

La COALITION  SIRIRI, ne s’est jamais trompée d’adversaire et Touadera est la parfaite incarnation du mal dont nous avons horreur et dont il faut impérativement extirper de la société Centrafricaine avant qu’il ne soit trop tard.

À la suite de son entretien avec les médias, l’opinion nationale qu’internationale, Touadera s’est rendue à l’évidence que la Centrafrique doit tourner la page des années sombres et le pays mérite mieux que la honte et l’humiliation que les populations vivent au quotidien. N’est-ce pas que notre pays sera bien gouverné le jour où la dictature, l’exclusion, la marginalisation, le pillage des deniers publics et la corruption érigée en mode de gestion seront enrayées.

Nous venons réitérer encore notre demande d’une troisième transition consensuelle dans notre pays la RCA,  parce que nous croyons que le processus qui sera enclenché le 27 décembre 2020 pour légitimer des institutions et leurs animateurs et animatrices sera nul et non avenu. Les conditions d’une élection libre et transparente ne sont pas réunies en République Centrafricaine d’aujourd’hui.

La veille de dernières élections, l’ONG internationale et indépendante Crisis Group avait sonné l’alarme pour interpeller tacitement et insidieusement ceux et celles qui sont fatigués de la Centrafrique et veulent partir le plus vite possible en laissant le chao s’installer au pays et nous y sommes aujourd’hui.

Il n’est un secret pour personne, les élections en Centrafrique n’ont jamais réglé les problèmes qu’elles ont-elles mêmes créées. Le processus et les présents cycles électoraux portent en eux les germes de leurs propres destructions.

Notre combat pour l’instauration d’une vraie démocratie ne passera par des élections, mais bien au contraire par un dialogue entre centrafricains et par le choix consensuel d’un modèle de gestion et de participation citoyenne à la vie politique et civique.

De ce qui précède, il est impérieux pour nous de préserver les acquis de notre combat. Connaissant la médiocrité et d’autres vices qui caractérisent la classe politique centrafricaine, aujourd’hui incarnée par TOUADERA et ses complices, connaissant  les motivations réelles sur la précipitation entourant les élections, la Coalition SIRIRI ne cautionnera pas à cette mascarade d’élections. Nous demandons à toutes celles et tous ceux qui partagent notre vision et notre projet de société de se rappeler d’une chose : les dernières élections dites démocratiques en Centrafrique ont conduit à l’effondrement de l’État. En quoi les élections du  27 Décembre 2020 seront –elles différentes de celles qui les ont précédées? Pour nous, la réponse est NON.

Le Président TOUADERA, n’est pas apte et crédible pour organiser les élections en décembre 2020 et encore moins diriger le pays, il a lamentablement échoué et les résultats sont visibles à l’œil nu. Une transition politique en Centrafrique sans Touadera s’impose pour pacifier le pays dans son ensemble avant de le soumettre au suffrage universel et la COALITION SIRIRI détient la formule.

Pour la COALITION SIRIRI, le tort fait à notre démocratie, l’incapacité de la classe politique centrafricaine à faire l’introspection de ses propres échecs, nous motivent à poursuivre le combat pour une vraie libération du peuple centrafricain, l’instauration d’un idéal dans la gestion de l’État et le renouvellement de la classe politique.

Au regard de ce qui se dessine, nous reconnaissons la souffrance de notre population et c’est avec elle que nous continuerons à défendre notre projet de société : construire au Centre de l’Afrique, un pays démocratique, libre, laïc, prospère et ouvert à toutes et à tous.

De ces entrefaites, nous ne négocierons pas avec qui que ce soit, des valeurs qui fondent des États modernes à travers le monde. La noblesse de notre combat, c’est cette impérieuse nécessité d’agir pour le bien de toutes et de tous. La solennité de notre engagement nous imposera des sacrifices, certes, mais l’élévation de notre État en dépend, nous avons des hommes, des femmes, des jeunes, un projet de société et les moyens pour y parvenir proprement en temps et lieu.

Que le Ciel protège la RCA et nos populations contre le Coronavirus.

 

Fait le 7 avril 2020

 

  1. GERVIL DIEUBENIT SAMEDI

Coordonnateur en charge des opérations

COALITION SIRIRI

Email : vitoir16@hotmail.com

Site web: www.cosiriri.net

 

A01_Le P. d’avril -Touadera_Gervil_SIRIRI_OK