RCA : panique sur l’axe Bossembélé – Bossangoa, de violents combats signalés entre les rebelles et les FACA

Publié le 20 février 2021 , 12:05
Mis à jour le: 20 février 2021 12:05
L'ex Président de la République François Bozizé en caravane à Bossangoa copyright CNC/ Jefferson Cyrille YAPENDE / 18/09/20
L’ex Président de la République François Bozizé en caravane à Bossangoa, le 18 septembre 2020. Par CNC / Cyrille Jefferson Yapendé.

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 20 février 2021, 23:21:00 ( Corbeaunews-Centrafrique ). De violents combats entre les rebelles de la coalition des patriotes pour le changement et les soldats de l’armée nationale appuyés par les mercenaires russes ont été signalés à une centaine de kilomètres de Bossangoa sur l’axe Bossembélé. Face à la progression rapide des forces loyalistes, la panique s’empare de la ville de Bossangoa, et les activités commerciales et administratives sont aussi paralysées.

 

Après la reprise de la ville de Boda, puis de Boali, Bossembélé, Yaloké, Bouar, Béloko, Bambari et tout récemment la ville d’Ippy par l’armée nationale, appuyée par les mercenaires russes et rwandais, c’est désormais le tour de la ville de Bossangoa, fief de l’ancien Président François Bozizé  d’être la cible prioritaire  de l’armée nationale et ses alliés russes et rwandais.

Ainsi, depuis vendredi matin, on signale des affrontements à une centaine de kilomètres de Bossangoa sur l’axe Bossembélé. L’objectif, reprendre symboliquement la ville de Bossangoa et ses environnants aux mains des rebelles de la coalition des patriotes pour le changement, et si possible traquer  l’ancien Président François Bozizé qui serait retranché dans le coin.

Selon le gouvernement, l’ancien Président François Bozizé serait l’auteur de trouble postélectoral qui secoue actuellement le pays depuis deux mois. En conséquence, il a été radié, ainsi que ses deux enfants, dans le rang de l’armée nationale.

Retranché dans son fief de Bossangoa, l’ancien Président François Bozizé est sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la justice centrafricaine pour son implication présumée dans la  déstabilisation actuelle du pays.

 

Le vendredi 29 janvier 2021, les chefs d’État de la région des Grands Lacs, lors de leur dernière conférence qui s’est tenue en Angola,  ont condamné les exactions commises et renouvelé leur engagement à privilégier le dialogue et la concertation pour sortir le pays de la crise actuelle.

 

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher