RCA : mort suspecte du ministre Soulemane Daouda, l’ex-ministre Maleyombo annonce avoir déposé plainte pour diffamation

Publié le 26 août 2020 , 2:17
Mis à jour le: 26 août 2020 2:29
le ministre thierry maleyombo
le ministre thierry maleyombo

 

Bangui, République centrafricaine, mercredi 26 août 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Soupçonné par les proches du chef de l’État d’avoir empoisonné le ministre de l’enseignement technique et de l’alphabétisation Soulemane Daouda, décédé dimanche 23 août à Bangui, l’ex-ministre de la Justice Thierry Savonaroye Maleyombo annonce vouloir déposer plainte pour diffamation contre les auteurs de ces « fausses allégations ».

 

L’annonce du ministre Thierry Savonaroye Maleyombo intervient quelques heures après les déclarations sur les antennes de la radio Centrafrique et sur les réseaux sociaux de certaines personnes proches du pouvoir qui soupçonnent que la mort du ministre Soulemane Daouda serait due à son prétendu empoisonnement criminel, selon eux, survenu 24 heures plutôt dans un restaurant banguissois dénommé « La Ouangolaise », situé dans le septième arrondissement de Bangui.

Cependant, le propriétaire de cet  établissement mis en cause par les proches du pouvoir, l’ex-ministre de la Justice Thierry Savonaroye Maleyombo rejette en bloc cette allégation et parle de  pure diffamation. L’homme annonce lors d’un point de presse avoir déposé plainte en justice pour diffamation.

À en croire ministre Maleyombo, la veille de son décès, c’est-à-dire le samedi 22 août, vers 13 heures, le ministre Soulemane Daouda, accompagné  de quatre personnes dont  trois filles et un  homme, tous de nationalité centrafricaine, se sont présentés dans son restaurant. Ils ont mangé avant de quitter quelques heures plus tard sans aucun souci particulier. Or, selon les proches du chef de l’État, monsieur Soulemane Daouda serait accompagné dans ce restaurant par 4 hommes blancs qu’ils auraient bien identifiés. Faux, rétorque l’ancien ministre Thierry Maleyombo.

Pour l’heure, on ignore si une information judiciaire a été ouverte sur ce dossier, mais le ministre a également confirmé que des hommes lourdement armés se sont présentés dans son restaurant quelques heures après les allégations d’empoisonnement soutenues par les proches du chef de l’État.

Entre temps, les proches parents du désormais l’ex-ministre Soulemane Daouda accuse quant à eux le régime en place d’avoir organisé cet empoisonnement criminel. Cette hypothèse a également été confirmée dans les rues de la capitale. Selon ces personnes, c’est la technique habituelle du régime actuel d’accuser sans fondement d’autres personnes pour détourner les regards de l’opinion publique alors que ce sont eux qui sont souvent à l’origine des faits qu’ils portent haut dans les médias.

Affaire à suivre.

 

Gisèle MOLOMA

Copyright2020CNC

Aucun article à afficher