RCA : Mafia dans l’armée, le colonel Charles Ngremangou est-il le parrain?

Publié le 14 février 2020 , 11:51
Mis à jour le: 14 février 2020 11:51
Le couple présidentiel et les généraux en danse lors du repas organisé à l'honneur des généraux à bangui le premier février 2020. Photo : Présidence de la République.
Le couple présidentiel et les généraux en danse lors du repas organisé à l’honneur des généraux à bangui le premier février 2020. Photo : Présidence de la République.

 

 

Bangui (République centrafricaine ) – Cité dans plusieurs affaires de recrutement illicite des élèves officiers et sous-officiers des forces armées centrafricaines (FACA), le colonel Charles Ngremangou, ancien chef militaire des miliciens Anti-Balaka, et actuel directeur de cabinet du chef d’État major des armées, est à ce jour considéré comme le parrain des parrains de la mafia dans l’armée. Comment?

 

Même si l’homme se fait discret depuis quelques semaines en raison des folles rumeurs au sujet de son arrestation par la Cour pénale internationale, il continue de manœuvrer malgré tout dans l’ombre, avec les mêmes tactiques d’ailleurs. Il ne se présente plus au bureau, mais un coup de fil téléphonique est largement suffisant pour décrocher un rendez-vous  avec lui. Moyennant un pot de vin, même infirme, votre admission à l’école des officiers et sous-officiers est acquise.

Il y a quelques mois, son chauffeur, un ex-candidat malheureux au teste d’admission à l’école spéciale de formation des sous-officiers d’actives  (ESFOA) de camp Kassaï, était obligé de vendre le terrain de son père, à Bangui,  afin de graisser les pattes de son patron Charles Ngremangou. Finalement, après le versement du pot de vin, il est actuellement admis dans une école des officiers à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Mais ce dernier temps, l’homme trouve une nouvelle technique pour escroquer les jeunes qui souhaitent devenir officiers FACA.

Certaines de ses victimes ont pu témoigner, à CNC, qu’au début, le parrain Charles Ngremangou leur a promis une admission à l’école des officiers, mais au final c’est l’école des sous-officiers, une fois arrivés dans le pays de leur formation. Une technique qui lui a permis d’empocher des sommes importantes.

Et ce n’est pas tout. En plus de recruter frauduleusement les élèves officiers et sous-officiers FACA, l’homme serait aussi le puissant cerveau Des incorporations fictives des individus fantômes dans les FACA. Le système, il suffit de verser un pot de vin, ton nom va figurer parmi les sous-officiers, mais tu n’existes pas physiquement dans l’armée. Ton affaire, c’est d’empocher mensuellement et tranquillement les soldes versés sur ton compte bancaire par l’État.

Alors, certains observateurs se demandent si le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA est-il au courant de cette affaire ?

Pour la ministre de la défense Marie-Noëlle Koyara, des sources au sein de son ministère indiquent à CNC que sa marge de manœuvre semble limiter en raison de sa proximité familiale avec le parrain Charles Ngremangou et le chef d’État major Zéphirin Mamadou.

Affaire à suivre…

 

Anselme Mbata

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher