RCA : l’opposant Martin Ziguélé s’insurge contre la décision de la Minusca de suspendre ses opérations de déminage dans le Nord-ouest  

Publié le 12 septembre 2021 , 7:38
Mis à jour le: 12 septembre 2021 7:38

 

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 13 septembre 2021, 02:08:53 ( Corbeaunews-Centrafrique ). La Minusca, mission des nations-unies en Centrafrique a annoncé mercredi dernier lors d’une conférence de presse hebdomadaire  à Bangui qu’elle a suspendu les travaux du déminage des explosifs  dans les préfectures de la Nana-Mambéré, de l’Ouham-Péndé et de Lim-Pendé. La mission estime qu’elle a eu des obstacles  dans ces travaux de déminage. Ce qui a poussé l’honorable député de Bocaranga 3 Martin Ziguélé, Président du parti MLPC à exprimer sa déception.

L'honorable de Bocaranga 3 Martin Ziguelé, Président du parti MLPC, investi candidat à la prochaine présidentielle de 2020. Photo de courtoisie.
L’honorable de Bocaranga 3 Martin Ziguelé, Président du parti MLPC, investi candidat à la prochaine présidentielle de 2020. Photo de courtoisie.

 

« Nous voulons que la population circule librement. Que ça soit la Minusca, que ça soit la réponse du gouvernement, mais nous les appelons solennellement  à s’asseoir et à se mettre d’accord pour déminer les routes dans ces zones-là. C’est ce que nous leur demandons. Parce que la population  est prise en étau entre  les groupes armés et les différentes forces sur le terrain, et ce sont les  populations qui meurent. Ce sont les populations, si elles ne meurent pas  de l’explosion des mines ou des fusils, elles vont mourir de faim. Parce que qu’est-ce qui se passe lorsqu’une mine explose ? Une ville comme Bocaranga aujourd’hui ressemble à une ville assiégée, c’est-à-dire personne ne peut accéder à Bocaranga. Déjà, il y a quelques mois, personne ne pouvait sortir de Bocaranga en véhicule ou en moto. Parce que c’était systématiquement brûlé  par les groupes armés. Aujourd’hui, en plus de cette menace, il y’a des mines qui explosent. Vous ne pouvez pas savoir d’avance  sur quel axe. Parfois sur   l’axe de Ndim, parfois c’est sur l’axe de Bouar, parfois sur l’axe de koui. Résultat, les populations sont affolées et elles restent à la maison », déclare l’opposant Martin Ziguélé, Président du parti MLPC.

Il y’a lieu de rappeler que la semaine dernière, une mine terrestre avait explosé au passage d’un véhicule humanitaire  qui avait quitté la ville de Paoua pour se rendre à Bocaranga. C’était dans le village Bokomboussi, dans la commune de Loura, à environ 40 kilomètres de Bocaranga que le véhicule se faisait exploser. Le conducteur avait trouvé la mort sur place, et les trois autres passagers, blessés, avaient été évacués sur Paoua.

 

Par Gaël Bobérang

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher