RCA : livraison des chars blindée des russes, un grand spectacle pyrotechnique  organisé à Bangui

Publié le 16 octobre 2020 , 5:14
Mis à jour le: 16 octobre 2020 5:14
L'un des 10 blindés offerts par la Russie tracté par une corde à Bangui le 15 octobre 2020
L’un des 10 blindés offerts par la Russie tracté par une corde au centre ville de Bangui, le 15 octobre 2020. Photo CNC / ADà Bangui le 15 octobre 2020

 

Bangui, République centrafricaine, vendredi, 16 octobre 2020, 11:06:30 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Distribution des jouets, parades militaires, cérémonies, feux d’artifice, la livraison de 10 chars blindés d’occasion  offerts par la Fédération de Russie aux forces armées centrafricaines a été accueillie avec enthousiasme par le chef de l’État et son gouvernement. Au même moment,  dans les rues de la capitale, des critiques fusent, et le Président de la République est accusé de vouloir trop exagérer autour de cette fameuse livraison des matériels militaires d’occasion russe.

 

Jeudi, 15 octobre 2020, lors de la cérémonie de livraison des 10 chars militaires d’occasion offerts par la Fédération de Russie  aux forces armées centrafricaines  (FACA), des centaines de jeunes ont été mobilisés pour l’occasion par le parti au pouvoir contre la promesse d’un versement individuel d’une somme de 1000 francs CFA, et une parade militaire a également été organisée dans la capitale, suivie d’une distribution des jouets  , puis d’une cérémonie spectaculaire pyrotechnique organisée dans le stade omnisport  à l’honore des Présidents Poutine et Faustin Archange TOUADERA, et ce, pour seulement 10 chars d’occasion dont trois sont tombés en panne dès leur arrivée dans la capitale centrafricaine. Ainsi, les Centrafricains se demandent  pour quelle raison le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA et son gouvernement se sont mobilisés ainsi. S’agit-il du lancement de la campagne électorale, ou alors une simple propagande à la gloire de la Russie   ?

Dans les arrondissements de la capitale, des voient s’élèvent pour s’indigner contre les fonds dépensés à l’occasion de ces cérémonies inutiles. Pour eux, ces fonds pourraient servir à aider les victimes et les déplacés des violences des groupes armés qui sont encore dans des camps des déplacés en province, ou encore financer la construction des écoles et des hôpitaux pour soigner le peuple centrafricain  meurtri.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher