RCA : L’IMPERATIVE CONCERTATION CITOYENNE, COMME ALTERNATIVE AU VIDE CONSTITUTIONNEL. PAR JEAN-SERGE WAFIO, PRÉSIDENT DU PARTI PDCA.

Publié le 4 mai 2020 , 1:35
Mis à jour le: 4 mai 2020 1:35
logo du parti démocratique centrafricain (PDCA) de jean serge Wafio
Logo officiel du parti PDCA

 

PARTI DEMOCRATIQUE CENTRAFRICAIN

                                                       Unité – Paix – Développement

 

L’IMPERATIVE CONCERTATION CITOYENNE, COMME ALTERNATIVE AU VIDE CONSTITUTIONNEL.

 

Il nous souviendra (1) qu’en juin et août 2019, au nom du Parti Démocratique Centrafricain-PDCA, j’avais alerté les Leaders Politiques et Sociaux pour envisager des alternatives politiques en cas de la non tenue des élections couplées à dates constitutionnelles retenues., (2) E ZINGO BIANI-EZB, dans son mémorandum du 30 septembre 2019, avait préconisé une solution globale en trois points et (3) en octobre 2019, toujours au nom du PDCA, j’avais proposé une Concertation Citoyenne pour la Refondation de la Nation Centrafricaine. En ‘’Saint THOMAS’’ nous avons préféré attendre, constater, et avons été sortis de notre torpeur par la volonté politique de la majorité présidentielle, laquelle, alléguant le COVID-19 entend modifier la constitution de la République pour prolonger les mandats présidentiel et parlementaire. Cette volonté politique a déclenché de doctes débats de constitutionnalistes sur l’interprétation ou compréhension de certaines dispositions de la constitution, le glissement ou le vide constitutionnel, la fin du mandat de l’Autorité Nationale des Elections-ANE, et par voie de conséquence, ont suscité quelques interrogations :

Qui a le privilège de violer allègrement la constitution de la République et qui a l’obligation de l’observer ?

Faille-t-il attendre 2020 pour réfléchir ou s’interroger sur ces points sus évoqués ?

La problématique de la légitimité et autres …..

De notre humble avis politique, ces débats, en toute responsabilité, devraient se tenir dès les premières violations de la constitution de la République par le Président TOUADERA ou au moins depuis 2018. Or, nous avions fait l’option de cogérer les pouvoirs de l’Etat en intégrant la majorité présidentielle pour certains avantages, et une fois ceux-ci obtenus ou non, nous nous sommes versé dans l’opposition systématique. Soyons sérieux et conséquents, car le Centrafricain lambda, méprisé et déconsidéré depuis six (6) décennies nous observe et se fait des jugements.

 

Au moment où l’Afrique commence à ré écrire son histoire universelle avec le COVID-19,

Au moment où les pays nantis commencent à mettre en place des stratégies pour reconstruire leurs économies que COVID-19 est entrain de faire chuter de manière drastique,

Nous, Centrafricains, sommes encore incapables de nous entendre sur l’essentiel pour adopter les idoines alternatives politiques qui s’imposent, et nous osons même envisager nous remettre à la communauté internationale pour organiser les élections à notre place. Quel déni de responsabilité, et aveu d’incapacité ; il vaudrait mieux nous placer sous tutelle de cette communauté internationale. N’avons-nous pas encore compris que cette communauté internationale demeure la cause de nos multiples crises et misères? Si nous n’avions pas encore réalisé cela, je renvoie chacun d’entre nous à la lecture des écrits actualisés sur les sites suivants, s’ils n’y sont plus, alors sur Amazone :

REBELLYON.info : Site collaboratif d’infos alternatives

La bulle du pape NICOLAS V (de son vrai nom TOMMASO PARENTUCCULI – 1398-1455) du 08 janvier 1454, légitimant la traite et l’esclavage des Sarrasins (Africains) et de leurs descendants ;

Le Code Noir de LOUIS XIV de 1665, encore en vigueur, qui est un recueil de règlements, édits, déclarations et arrêts concernant le commerce, l’administration de la justice et la police dans les colonies françaises d’Amériques (Nouvelle Edition. Paris : Chez les Libraires Associés, 1765.)

La Conférence de Berlin de 1885, sur les relations avec les Africains

COUPSFRANCS.com :

Un illumati, reconverti, révèle comment les puissances diaboliques ont imposé ALASSANE OUATTARA au pouvoir, en Côte d’Ivoire,

Le Plan de la Chine pour envahir et coloniser l’Afrique,

Afrique : 500 ans de domination européenne,

Pourquoi et comment les 21 Présidents d’Etats francophones d’Afrique ont été assassinés,

NATIONS UNIES :

La crise de la Somalie,

Pourquoi KHADAFI a été tué

MINUSCO au Zaïre-RDC,

MINUSMA, au Mali

MINUSCA chez nous, qui se fait complice de la violation de la constitution avec l’accord de Khartoum et se fait assistant aux tueries de masse.

INTELLIGENCES ORGANISEES – YOUTUBE – WIKIPEDIA :

Le général DE GAULLE, repris par l’ancien Premier Ministre FABIUS LAURENT:‘’ La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts’’

Lord JOHN VORSTER, défunt Premier Ministre Britannique : ‘’ Notre objectif principal, c’est d’avoir une Afrique sans les Africains, et une Afrique sans les Africains deviendra un paradis terrestre pour l’homme blanc’’

HELMUT JOSEF MICHAEL KOHL, défunt Chancelier allemand :’’ Il ne saurait être question de laisser l’Afrique s’industrialiser, l’occident ne se laissera plus surprendre une deuxième fois ; l’Asie lui oppose une sérieuse concurrence aujourd’hui parce que l’Occident a été distrait face à son développement’’

CHIRAC JACQUES, ancien Président Français : ‘’ Nous devons être honnêtes et reconnaître qu’une grande partie de l’argent de nos banques vient précisément de l’exploitation du continent africain’’

SARKOZY NICOLAS, ancien Président français : ‘’La France ne peut pas permettre que ses anciennes colonies créent leur propre monnaie pour avoir le contrôle total de leur banque centrale. Si cela se produit, ça sera une catastrophe pour le trésor public qui pourra entraîner la France au rang de 20ème puissance mondiale’’

SAPIN MICHEL, ancien Ministre français de l’Economie et des Finances : ‘’ne touchez surtout pas au franc cfa, sinon vous serez frappés par le terrorisme’’

 

A chacun de comprendre.

 

Nous avons failli d’une manière collective, nous devons nous réinventer et commencer à penser à nous organiser pour l’après élections et COVID-19. Nous détenons par devers nous les solutions pour sortir de cette crise, avec nos maigres moyens, mais nous manquons de volonté, de courage, d’audace national, d’orgueil et de patriotisme politique ; quelques réponses sont contenues dans les quelques propositions déjà formulées, notamment,

Le Triumvirat du général NGAÏFEÏ LUDOVIC, publié dans la presse locale et Corbeau News

La Vision Politique de l’ARECA, publiée dans Corbeau News

La Concertation Citoyenne du PDCA, envoyée aux Autorités Politiques, Diplomatiques, aux Leaders Politiques et Sociaux, et publiée dans Corbeau News,

La Solution Globale de EZB, publiée dans la presse locale, Corbeau News, Le Tsunami Net.

 

Nous n’avons qu’à nous mettre sous l’arbre à palabre qui s’appelle dialogue national, conférence nationale, débat citoyen ou concertation citoyenne…, pour faire notre introspection commune et adopter un schéma centrafricain pour sortir de cette crise qui est devenue un fonds de commerce politique et diplomatique, laquelle crise complexifie la néantisation du pays.

 

Nous sommes capables, une fois réellement sous cet arbre à palabre, de trouver les compromis socio-politiques qui s’imposent pour un schéma centrafricain consensuel pour aller à des élections apaisées et dans un climat sécuritaire assez serein, car la situation actuelle de notre pays ne permet plus d’ajouter à la énième crise militaro-politique qui dure depuis 2012-2013, une autre. Nous devons comprendre le silence lourd du Centrafricain lambda, que nous traitons d’analphabète, mais qui est un observateur intelligent. Son silence actuel ne signifie pas résignation, ni fatalité, mais patience ; et toute patience a ses limites. Il a fait l’option d’attendre les élections pour choisir son Président de la République et ne plus se voir imposer un Président de la République déclaré élu. Ne lui offrons pas l’opportunité de transformer sa colère en tsunami populaire.

 

A propos de l’imbroglio de l’Agence Nationale des Elections-ANE. Cet imbroglio reflète notre manque de sérieux et refus politiques.

 

N’avons-nous pas assez compris ou réalisé que les organes autonomes chargés d’organiser des élections en Afrique, en général et singulièrement chez nous, sont des machines mises en place pour ‘’déclarer élu un Président de la République’’ et non pour ‘’dire est élu un Président de la République’’ ? Cessons de nous faire infantiliser. Le Président TOUADERA, lors de sa prestation de serment le 30 mars 2016, savait pertinemment qu’il sera candidat aux élections présidentielles de 2020-2021, dont le premier tour est censé se tenir le 27 décembre 2020, et que le mandat de l’A N E finira le 23 décembre 2020. En Professeur de mathématiques basiques, a t-il besoin d’un virtuel cerveau pour agencer les obligations politiques et électorales, alors que les aides des partenaires ne faisaient pas défauts ? La réponse est NON. C’est à dessein que les dispositions n’ont pas été prises…  A situation exceptionnelle voulue, mesure populaire exceptionnelle à imposer. Etant donné que les élections n’auront plus lieu à dates constitutionnelles retenues, je propose la mise en place, à la fin du mandat de l’A N E, d’un organe consensuel chargé de l’organisation des prochaines élections ainsi composé :

 

Coordonnateur Général             :           Majorité Présidentielle

1er Coordonnateur Adjoint :           Représentant consensuel des Partis Politiques

2ème Coordonnateur Adjoint :           Représentant consensuel de la Société Civile

3ème Coordonnateur Adjoint :           Officier Général consensuel des FACA

Rapporteur Général, Porte-Parole             :           1 Magistrat choisi par ses pairs

Rapporteur Général Adjoint :           1 Parlementaire de l’Opposition, choisi par ses

pairs

Membres Permanents :

Représentant de la Jeunesse

Représentante de l’OFCA

Représentant des Centrales Syndicales

Représentant des Entrepreneurs Centrafricains

Membres Non Permanents :

Ils ne seront actifs qu’au moment des centralisations et traitements des procès-verbaux des Bureaux de votes pour les décomptes des voix.

Représentants de tous les candidats présidentiels pour les résultats du premier tour

Représentants des deux candidats pour les résultats du deuxième tour

Représentant de l’Union Africaine

G5-Centrafrique

 

VISION POUVANT SERVIR DE CONCERTATION CITOYENNE POUR LA MISE EN PLACE

D’UN EXECUTIF CONSENSUEL

 

Président de la République,                         :  Chef de l’Etat actuel

Primature :  Confiée aux Partis Politiques

Gouvernement : Représentatif avec au plus 20-23 Membres

L’Assemblée Nationale : reste en place

Cour Constitutionnelle : reste en place, sauf si le mandat arrive à

terme

 

Sincères considérations

 

WAFIO  Jean  Serge

                                                           Président du PDCA

Aucun article à afficher