RCA : Les recommandations des enquêteurs The Sentry pour mettre fin aux atrocités perpétrées par le groupe Wagner et les forces armées du régime Touadéra.

Publié le 16 juin 2021 , 9:11
Mis à jour le: 16 juin 2021 9:11

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 17 juin  2021, 03:29:37 ( Corbeaunews-Centrafrique ). The Sentry est une équipe d’enquêteurs qui suit les réseaux de blanchiment d’argent liés aux criminels de guerre spécifiquement en Afrique, aux profiteurs de guerre transnationaux et cherche à exclure ceux qui bénéficient de la violence du système financier international. 

 

Pendant plusieurs mois, The Sentry a travaillé en étroite collaboration avec CNN sur une enquête confidentielle, obtenant des témoignages et des documents impliquant le groupe Wagner, une entreprise de défense et de sécurité liée au Kremlin, dans une série d’atrocités de masse contre des civils en République centrafricaine.

image d'illustration de l'enquête CNN sur les mercenaires russes en Centrafrique

 

En conjonction avec cette enquête, The Sentry publie une série de recommandations aux gouvernements et aux institutions financières du monde entier pour aider à mettre fin aux atrocités, aux violations des droits humains, à la dévastation et aux graves souffrances humaines perpétrées par le groupe Wagner et les forces armées du régime Touadéra.

 

Les États-Unis devraient revoir leurs désignations de sanctions actuelles liées aux sociétés de sécurité privées – y compris le réseau de sociétés liées au groupe Wagner – et aux individus opérant en République centrafricaine. Les États-Unis devraient chercher à mettre en œuvre des sanctions supplémentaires ciblées supplémentaires, en collaboration avec ses partenaires internationaux, dans le cadre des autorités de sanctions appropriées, y compris dans le cadre de la loi Magnitsky, les organisations criminelles transnationales et les programmes de sanctions nationaux, sur les dirigeants, les membres, les entités associées et les facilitateurs, en particulier ceux qui flux financiers illicites hors de la RCA.

 

Le Royaume-Uni et l’Union Européenne devraient, en collaboration avec leurs partenaires internationaux, utiliser leurs régimes de sanctions mondiales en matière de droits de l’homme et leurs programmes nationaux pour appliquer des sanctions de réseau ciblées contre les sociétés de sécurité privées qui commettent des violations des droits de l’homme en République centrafricaine, en particulier le groupe Wagner, sa direction, ses membres, ses entités associées et ses facilitateurs. Les sanctions américaines, européennes et britanniques devraient être étroitement coordonnées pour un impact maximal.

 

La communauté internationale, emmenée par l’UE, les États-Unis et le Royaume-Uni, devrait coordonner ses actions pour mettre fin au soutien politique au régime de Touadéra, qui a facilité le détournement de l’État centrafricain par des réseaux criminels transnationaux organisés et des groupes armés, à moins que des mesures orientées vers la paix, la bonne gouvernance et la transparence à long terme ne soient prochainement mises en place. À cette fin, l’UE et les États-Unis devraient cesser toute coopération militaire avec le gouvernement centrafricain. Les États-Unis, l’UE et les institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale devraient collectivement suspendre l’aide financière directe non humanitaire au gouvernement de la RCA. Les repères liés à la gouvernance, à la démocratie et aux droits de l’homme doivent être clairement indiqués aux autorités centrafricaines comme conditions préalables à toute assistance supplémentaire.

 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) devrait dans le cadre de son mandat, prendre des mesures plus actives et transparentes pour répondre aux menaces graves et crédibles contre la population civile, documenter les violations du droit international humanitaire et les violations et abus de droits de l’homme et enquêter immédiatement sur les allégations du rapport. Une fois ses enquêtes terminées, la MINUSCA devrait partager ses conclusions avec des partenaires internationaux capables de prendre des mesures supplémentaires pour rendre des comptes pour toute violation présumée.

 

Le Groupe de travail des Nations Unies sur l’utilisation de mercenaires devrait s’appuyer sur sa récente déclaration sur les activités présumées du groupe Wagner et lancer une enquête complète et approfondie sur les allégations du rapport de violations graves des droits humains et de crimes internationaux. Le groupe de travail devrait également engager l’UE, les États-Unis et d’autres gouvernements donateurs à exhorter le gouvernement centrafricain à mettre fin à l’utilisation de mercenaires dans le conflit du pays.

 

Les banques et les institutions financières devraient exercer une vigilance renforcée vis-à-vis des personnes et entités ayant des liens avec des sociétés de sécurité privées opérant en République centrafricaine, car elles peuvent présenter un risque plus élevé d’activités financières illicites telles que l’évasion des sanctions, le blanchiment d’argent et la corruption, et devrait actualiser cette diligence de manière périodique. Les banques et les institutions financières doivent également prendre des mesures pour identifier les comptes détenus ou contrôlés par des personnes physiques ou morales liées au Groupe Wagner et geler ces comptes dans la mesure requise par la loi ou la politique bancaire applicable.

 

 

Source :https://thesentry.org/reports/cnn-central-african-republic/?fbclid=IwAR2gWbobxm0wIi77xdF8pterTxyI8UkyUs-tszWTzpFvWH61lAOqUb76BL4

 

 

 

 

 

Aucun article à afficher