RCA : les proches du Premier ministre Firmin NGRÉBADA dénoncent le retour « précipité » de l’ancien premier ministre Sarandji.

Publié le 2 mai 2021 , 6:38
Mis à jour le: 2 mai 2021 6:38
L'ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji à gauche, et l'actuel premier ministre Firmin Ngrebada à droite. Photo combinée par CNC le 24 février 2021
L’ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji à gauche, et l’actuel premier ministre Firmin Ngrebada à droite. Photo combinée par CNC le 24 février 2021

 

Bangui, République centrafricaine, dimanche, 2 mai 2021, 14:31:17 ( Corbeaunews-Centrafrique ). À  moins de 24 heures du début des activités des députés de la septième législature , la bataille du perchoir de l’Assemblée nationale semble entrer dans son vif au sein du parti MCU. Dans le camp de la majorité présidentielle, l’ancien premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, député de Baoro,  et le Premier ministre Firmin NGRÉBADA, député de Boali,  semblent se livrer tous deux dans la bataille du perchoir. La réconciliation des deux camps semble être difficile, et le chef de l’État n’a pas encore dit son dernier mot.

 

Quelques heures après le retour au pays de l’ancien premier ministre Simplice Mathieu  Sarandji, évacué début avril en République démocratique du Congo pour des raisons de santé, les partisans du Premier ministre Firmin NGRÉBADA publient sur les réseaux sociaux et accusent l’ancien premier ministre d’avoir écourté volontairement son séjour à l’hôpital. Ils estiment qu’il serait sorti de l’établissement où il était hospitalisé sans l’autorisation du médecin avant de rentrer à Bangui le jeudi 29 avril 2021. D’après eux, c’est la bataille du perchoir de l’Assemblée nationale qui l’aurait poussé à rentrer précipitamment au pays. Une version très contestée par les soutiens de l’ancien premier ministre qui affirme que  celui-ci aurait pris son congé médical au moment où les soins médicaux et hospitaliers n’étaient plus requis.

Ce n’est secret pour personne. Les partisans du Premier ministre Firmin NGRÉBADA, qui avaient crié victoire avant l’heure,  voudraient voir seul leur champion candidat de la majorité présidentielle en lice pour le perchoir.  Sauf que le retour de l’ancien premier ministre Sarandji à Bangui leur donne de l’insomnie. Avec cette division, la majorité prend le risque de favoriser un candidat de l’opposition. D’ailleurs, il semble que Thierry Kamach, Président du parti MOONI, qui déclare à tous ses amis que c’est lui le prochain Président de la République à la place de Touadera, voulait aussi postuler pour le perchoir malgré qu’il fait partie de la majorité présidentielle avec ses cinq députés.

Rappelons que les activités de la septième législature vont débuter ce lundi 3 mai 2021, et les députés auront une semaine pour élire le prochain Président de l’Assemblée nationale.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher