RCA : LES PRIORITÉS DE L’HEURE DU PARTI UNDP

Publié le 11 juillet 2021 , 10:03
Mis à jour le: 11 juillet 2021 10:03
michel amine de l'UNDP
Le Président de l’UNDP Michel Amine

 

LETTRE AUX MEMBRES DU BUREAU POLITIQUE PROVISOIRE DE L’UNDP

 

OBJET : LES PRIORITÉS DE L’HEURE

Chers Camarades,

Les élections de décembre dernier sont derrière nous. Une nouvelle équipe gouvernementale a été mise sur pied, dans laquelle ne figure aucun de nos cadres. Je ne m’épancherais pas davantage sur l’absence injustifiée de l’UNDP dans ce gouvernement, compte tenu de notre implication active dans la réélection du président Touadéra, à travers l’alliance scellée avec son parti MCU. Nous nous sommes déjà largement prononcé sur la question en exhortant nos militants, au premier rang desquels les responsables et cadres que vous êtes, à rester concentrés sur l’essentiel et à redoubler d’ardeur et de vigilance.

Il nous faut, désormais, mettre en place de nouvelles stratégies, promouvoir un nouvel élan pour aller à la conquête des futures batailles électorales. Les élections municipales de 2022 constituent une prochaine étape décisive. Il convient donc de les préparer avec responsabilité et rigueur. En commençant d’abord par une bonne couverture des huit arrondissements de Bangui. Les responsables qui ont rejoint le camp du pouvoir ou qui se sont éloignés des directives du parti doivent être remplacés.

La période pluvieuse actuelle ne permettant pas un déploiement parfait de nos équipes, il semble plus judicieux d’attendre d’ici novembre prochain, correspondant à la fin de l’hivernage, pour programmer les activités destinées aux provinces. Ainsi, des délégations seront mises sur pied en décembre afin de s’y rendre pour préparer les élections municipales.

Ne l’oublions surtout pas. Ce sont les élus qui élisent les sénateurs. Une fois le budget élaboré et disponible, la tâche la plus importante sera celle de trouver de bons candidats. Pour le choix de ces candidats, la priorité devra être accordée à des personnes jouissant d’une probité morale, aptes à défendre les idéaux du parti et, surtout, habitant les circonscriptions concernées.

Cela est important dans la mesure où il arrive souvent que des usurpateurs procèdent à la recherche de candidats au niveau des localités même. Il est donc primordial de ne pas oeuvrer en rangs dispersés et suivre à la lettre la hiérarchie du parti, à savoir le Vice- président et le Directeur des Affaires politiques. Tout doit être géré dans les règles de l’art, conformément aux dispositions définies par la direction du parti. Entre autres, arrêter l’ordre du jour avant de tenir les réunions, mettre en avant la discipline et le sérieux dans la prise et le suivi des décisions, ne plus accepter les fauteurs de troubles.

Il faut se mettre au travail et tourner la page des récents évènements politiques. Le pouvoir nous a ignorés, gardons le cap vers nos objectifs et mettons tout en œuvre pour mener à bien nos activités. Quand on voit de près le comportement de certains cadres, on ne peut qu’éprouver de la gêne, face à des attitudes puériles et contreproductives. Tout parti a pour ambition de conquérir le pouvoir et de l’exercer. Donc tout cadre intéressé par un poste ministériel doit d’abord travailler pour permettre à son parti d’accéder à la magistrature suprême. On ne peut pas revendiquer telle ou telle autre responsabilité si on ne remplit pas toutes les conditions nécessaires.

 

On l’a vu récemment au sein de notre parti, certains se sont levés pour constituer leur liste et proposer des noms pour des postes ministériels !

Il faut se rendre à l’évidence, on ne devient pas cadre pour devenir ministre dans un gouvernement qui n’est pas le notre. La priorité est, avant tout, d’élargir les bases du parti. Mieux, l’alliance scellée avec le parti présidentiel ne saurait être un pouvoir de contrainte. Il appartient au président élu d’user de son pouvoir discrétionnaire. Il n’y a aucune possibilité de contrainte. Le rêve de certains est juste d’accéder à des postes. Il faut démasquer ces gens à moins qu’ils ne rejoignent le parti au pouvoir et se faire nommer aux postes qu’ils convoitent. Mais qu’ils sachent également qu’en politique, il est plus facile de pousser quelqu’un à l’erreur afin de ternir l’image du parti qu’il représente.

Face à cette situation, je renouvelle toute ma confiance aux membres du Bureau politique provisoire de l’UNDP et vous exhorte à la remobilisation, à mettre en avant l’engagement militant et la détermination, seuls gages d’un succès éclatant. Certes, les difficultés et les obstacles sont présents sur notre chemin, mais nos atouts sont encore réels et palpables. Il suffit juste de rester fidèles aux décisions du Parti, en s’évertuant, en toutes circonstances, à défendre les intérêts et positions de notre organisation politique.

Le combat politique que nous menons, nous ne cesserons jamais de le rappeler, exige un courage à toute épreuve, la responsabilité et un don de soi. Il faut donc rester plus soudés et concentrés que jamais compte tenu de l’ampleur de la tâche. Tenez bon, la victoire est au bout des efforts communs et de notre capacité à surmonter les difficultés

AMINE MICHEL

Président Fondateur de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès

Aucun article à afficher