RCA : les autorités russes reconnaissent ouvertement l’existence de la société Wagner en RCA

Publié le 19 juillet 2021 , 8:17
Mis à jour le: 19 juillet 2021 8:17

 

Bangui, République centrafricaine, mardi, 20 juillet 2021, 03:40:12 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Suite à la manifestation du 12 juin dernier de la diaspora centrafricaine devant l’ambassade de la fédération de Russie à Paris pour dénoncer les exactions des mercenaires de Wagner en Centrafrique, les autorités russes ont décidé de rencontrer les représentants  de cette diaspora à Paris. Ainsi, une rencontre a été organisée au sein de l’ambassade de Russie en France. Un tête à tête qui semble ne pas donner des réponses claires aux préoccupations des centrafricains, mais soulève un peu plus des question sur  la nature du partenariat entre la Russie et la Centrafrique, en particulier avec la société Wagner dont le représentant russe n’a pas nié l’existence   en Russie, mais également en RCA.

 

Le président Touadera accompagné par des éléments russes de sa garde rapprochée lors du lancement de la campagne présidentielle, le 12 décembre 2020 à Bégoua. © RFI - Charlotte Cosset
Le président Touadera accompagné par des éléments russes de sa garde rapprochée lors du lancement de la campagne présidentielle, le 12 décembre 2020 à Bégoua. © RFI – Charlotte Cosset

 

Le 12 juin dernier, à Paris, en France, un sit-in  a été organisé devant l’ambassade de la Russie en France. À cette occasion, un mémorandum a été remis aux autorités russes via leur ambassade basée dans cette capitale Dans leur revendication, ils s’accordent à  :

–   Dénoncer la présence des mercenaires russes en Centrafrique ainsi que les exactions et autres crimes commis par eux,

–  Demander avec insistance une enquête internationale sur les crimes commis en Centrafrique par les mercenaires russes,

–   Dénoncer la manipulation et surtout l’instrumentalisation de la population contre les instances internationales ainsi que les partenaires étrangers impliqués dans la crise centrafricaine,

–  Dénoncer l’ingérence voire le non-respect de la pudeur diplomatique par l’ambassadeur de la Russie en Centrafrique,

–  Dénoncer le non-respect des principes fondamentaux des droits de l’homme,

–  Dénoncer la politique de l’isolationnisme du pouvoir de Bangui,-     Dénoncer la corruption, la gabegie, la discrimination, l’injustice sociale, la justice au faciès qui empoisonnent le pays,

–  Dénoncer l’ingérence de la Russie dans la gestion interne du pays,

–  Dénoncer la campagne de désinformations et de dénigrements distillés par certains médias étrangers sur la crise Centrafricaine,

–  Réclamer à cor et à cri la tenue du dialogue politique inclusif.

Ainsi, suite à cette manifestation, les autorités russes souhaitent en discuter avec les représentants de cette diaspora centrafricaine de France. Un tête à tête a eu lieu samedi 17 juillet à l’ambassade de la Russie en France, et le représentant russe tenait à préciser qu’en Centrafrique, il n’y a que six diplomates russes qui travaillent à l’ambassade de la Russie en RCA. Ce qui joue sur la qualité des informations qu’ils reçoivent de la République centrafricaine.

En plus, le jeune diplomate russe tenait à préciser qu’ils reconnaissent l’existence de la société Wagner en Russie. Mais cette société ne pourrait pas aller sans autorisations en Centrafrique. Ce sont les autorités centrafricaines qui ont fait appel à Wagner.

« il faut que ça soit clair ! Ce sont les autorités légitimes de votre pays qui sont allées chercher Wagner et non le gouvernement russe »,  disait-il, et d’ajouter que « le blanc ne peut pas quitter son pays pour aller dans un pays africain pour le plaisir. Il y’a toujours un intérêt derrière ».

Cette phrase tenue par ce jeune diplomate russe fait froid au dos. Sans détour, il rejette la responsabilité de ce qui se passe en RCA sur les autorités de ce pays. Il dit en outre que « le Président Faustin Archange Touadera  ne dit pas la vérité à son peuple ».

Il n’ y a que 6 russes en Centrafrique et les autres qui composent les paramilitaires  de Wagner ? Pourquoi pacter avec la société Wagner qui n’est autre qu’une société de mercenariat ?  Qui doit répondre des crimes qu’ils commettent ?

Sur ce, tous les regards sont tournés désormais  vers les autorités legitimes de Centrafrique. Les autorités russes commencent à se désengager.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher