RCA: les Antibalaka et ex-Séléka s’accordent sur la démission immédiate de Catherine Samba-Panza

Publié le 10 octobre 2014 , 8:52
Mis à jour le: 10 octobre 2014 8:52

CL  /  CNC

 

Démission demandée de Catherien Samba-Panza et Mahamat Kamoun

Les mouvements armés Antibalaka et ex-Séléka se sont mis d’accord sur la question de la démission de la cheffe de l’Etat de transition. Trois jours après l’expiration de l’ultimatum des Antibalaka, les ex-Séléka ont déclaré être pour la démission de la cheffe de l’Etat Catherine Samba-Panza.Les choses semblent de plus en plus compliquées pour la présidente de transition Catherine Samba-Panza. Les deux mouvements armés qui contrôlent plus de 90% du territoire réclament le départ de la dame Samba-Panza du pouvoir.

C’est le mouvement Antibalaka qui a lancé l’idée de la démission de la cheffe de l’Etat quelques heures après la publication des  articles de presse  liés au scandale financier relatif au don angolais. C’est le coordonateur général de ce mouvement Patrice Edouard Ngaissonna qui a officiellement lancé un ultimatum de trois jours à la présidente Catherine Samba-Panza pour qu’elle renonce à sa fonction de la présidente de la transition. 24 heures après l’expiration de ce délai, la ville de Bangui s’est embrasée dans un cycle de violence que les autorités de transition ne peuvent toujours pas contrôler. Les choses se sont dégénérées en deux jours. En conclusion, le gouvernement et la présidence de la République se sont vus dépassés par la situation. Les institutions de la République se remettent entre les mains des forces internationales.

C’est à ce moment que le mouvement ex-Séléka entre en jeu en réclamant lui aussi le départ de la cheffe de l’Etat. Le général Joseph Zoundeko, chef d’Etat-major de la coalition Séléka parle d’une situation que la dame Samba-Panza ne peut plus maitriser « nous rejoignons les Antiabalaka pour demander que Mme Catherine Samba-Panza quitte le pouvoir parce qu’elle est incapable de ramener la sécurité dans le pays ».

Les positions prises par les Antibalaka et les ex-Sélékta fragilisent davantage la présidente de transition qui est de plus en plus seule depuis qu’elle a décidé contre toute attente de nommer Mahamat Kamoun premier ministre. Selon des sources bien informées, Antibalaka et ex-Séléka cherchent à avoir la tête du premier ministre Mahamat Kamoun que ces deux mouvements n’ont jamais soutenu. « Ce n’est pas en fait la démission que les deux mouvements armés veulent. Antibalaka et ex-Séléka veulent faire partir Mahamat Kamoun de la primature. La démission de Mme Catherine Samba-Panza n’est qu’une pression. Ils mettent la barre haute pour contraindre la cheffe de l’Etat à sacrifier son protégé  si elle veut rester au pouvoir. Et je crois que c’est ce qui arrivera » a confié une source proche de la Minusca contactée par Centrafrique Libre.

La situation à Bangui reste tendue malgré que les coups de feu aient baissé d’intensité. Plusieurs ministres sont injoignables depuis le début de cette flambée de violence.

Dine LINGANGUE

Aucun article à afficher