RCA : le représentant de 3R dans le gouvernement échappé de justesse au tabassage.

Publié le 27 mai 2019 , 7:23
Mis à jour le: 27 mai 2019 7:23

 

Bangui )République centrafricaine) – Le ministre Issa Bi AMADOU représentant du mouvement 3R dans le gouvernement NGRÉBADA a failli être lynché ce lundi 27 mai 2019.

 

Quelques jours après le massacre dans l’Ouham-Péndé au nord-ouest de la Centrafrique  qui a fait plus de 54 morts, le gouvernement de Firmin NGRÉBADA  est sommé de s’expliquer devant les parlementaires.

 

Cet exercice, qui a réuni presque tous les membres du gouvernement dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, a failli tourner au drame.

 

En effet, le ministre délégué auprès du Ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation chargée du Développement local, monsieur Issa Bi AMADOU, représentant du 3R dans le gouvernement de Firmin NGRÉBADA a failli subir les conséquences des actes présumés de son chef Bi Sidi Souleymane alias Sidiki.

 

Alors que les députés, qui ont exigé du gouvernement l’arrestation immédiate du chef rebelle Abas Sidiki accusé d’être pénalement responsable du massacre du 21 mai dernier, se sont plongés comme des lions sur le ministre Issa Bi AMADOU pour le dévorer. Heureusement pour lui, il a été sauvé de justesse par les forces de sécurité intérieures.

 

Par ailleurs, la Minusca, qui avait lancé un ultimatum de 72 heures au chef rebelle Abas Sidiki d’arrêter tous ses éléments soupçonnés de participer au massacre de Lemouna, Koundili, Bohong… la semaine dernière, demande à nouveau à celui-ci de lui livrer plus des combattants présumés auteurs dudit massacre.

 

« 3 éléments sont insuffisants, vu le niveau du dégât commis », explique le député Martin Ziguélé.

 

 

Pendant ce temps à Paoua, les habitants soupçonnent le chef rebelle de ne livrer que les Peuls éleveurs qui n’ont rien à voir au massacre du 21 mai, alors que ces derniers auraient avoué leurs actes devant les forces de l’ordre à Paoua avant d’être transférés à Bangui où ils seront présentés au procureur de la République cette semaine.

 

Copyright2019cnc.