RCA: le Président « TOUADERA a un bilan sévère et catastrophique qui va parler contre lui », selon l’opposition

Publié le 12 octobre 2020 , 3:22
Mis à jour le: 12 octobre 2020 3:22
arrivée de touadera au congrès du parti MCU le 24 septembre 2020 par la diaspora
Arrivée du chef de l’État Faustin Archange Touadera au premier jour du congrès de son parti, le MCU le 24 septembre 2020.

 

Bangui, République centrafricaine, dimanche, 11 octobre 2020, 12:50:34 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Alors qu’il venait juste d’être investi candidat de son parti les cœurs unis pour les élections générales du 27 décembre 2020, le Président Faustin Archange TOUADERA, dans son discours de candidature,  avait fait un bref aperçu de son bilan de 4 ans au pouvoir qu’il jugeait très positif. Or, pour l’opposition démocratique, le locataire du palais de la renaissance, mathématicien de Boyrabe, créateur des requins, amis des chefs rebelles,  a un bilan sévère et catastrophique qui va parler contre lui ». Comment ?

 

À deux mois du premier tour des élections présidentielles et législatives fixées au 27 décembre 2020, la classe politique centrafricaine commence à s’organiser.

Alors que les débats parlementaires entre l’opposition et la majorité au tour du processus électoral vient à peine de s’achever, le parti au pouvoir, le MCU, avec l’appui de sa plateforme de soutien électoral dénommée Béoko, qui veut dire cœurs unis, s’apprête à affronter la machine électorale de l’opposition démocratique, mais également du redoutable  parti MLPC de Martin Ziguélé. D’ores et déjà, le débat au tour du bilan du chef de l’État à la magistrature commence dans les médias, et les deux camps ne sont nullement prêts à s’accorder sur les premiers points : « la croissance économique et la sécurité ».

La croissance économique, un premier point du débat

Dans son discours de candidature  en date du 26 septembre 2020  aux derniers jours du congrès ordinaire de son parti, le MCU, le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA s’est réjoui du meilleur score de la croissance économique de son pays depuis son arrivée au pouvoir. Or, pour maître Cyriaque Gonda, Président du parti PNCN, cet argument électoraliste du chef de l’État basé sur la croissance économique est très facile à démonter et réduit à néant. D’après lui, la croissance économique ne se vérifie pas juste par les chiffres du PIB.

« Une croissance économique se vérifie par la redistribution des revenus. C’est donc ce que les syndicats appellent le panier de la ménagère. Et le panier de la ménagère, on vérifie ça chaque matin. Ce n’est pas des discours, la déclinaison PIB par la croissance se justifie  par la redistribution  des revenus, c’est-à-dire  la population reçoit la croissance dont on parle », a déclaré maître Cyriaque Gonda, membre de l’opposition démocratique.

 

Défense et sécurité

Tout le monde le sait, Touadera est attendu de pied ferme par les Centrafricains  sur ce point essentiel et prioritaire de son quinquennat. Or, l’homme du 30 mars, que d’aucun considèrent comme l’unique chef d’État le plus impopulaire de l’histoire de la République centrafricaine, n’a pas attendu longtemps pour dresser le bilan provisoire de son quinquennat en matière de défense et de sécurité. D’après lui, c’est grâce à son arrivée au pouvoir que les forces armées centrafricaines commencent à être redéployées dans les villes de province, et plus de 4000 nouveaux soldats, mais également des gendarmes et policiers ont été recrutés et incorporés dans les différents corps de l’armée nationale et des forces de sécurité intérieure. Cependant, le député Aurélien Zingas, lors d’une interview accordée à CNC, a littéralement mitraillé ce bilan « fantaisiste et électoraliste  » du Président Faustin Archange TOUADERA. D’après lui, c’est à cause de la mauvaise politique sécuritaire du régime actuel basée sur le deal avec les groupes armés que les Centrafricains continuent de périr dans plusieurs villes du pays, et lui-même le sait.

 

Notons qu’à Bangui, comme dans d’autres villes du pays, nombreux sont ceux qui pensent que même en laissant Touadera seul en lisse, sans aucun adversaire  à la présidentielle du 27 décembre 2020, il franchira avec d’énormes difficultés le cap de 20% pour être validé par la cour constitutionnelle.

Affaire à suivre.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste politique

Alain Nzilo

Directeur de publication

Tel / WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher