RCA : le parti KNK dénonce les conditions de détention de ses cadres et militants en Centrafrique

Publié le 2 juin 2021 , 7:33
Mis à jour le: 2 juin 2021 7:33
logo du parti KNK
Logo officiel du parti KNK

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Depuis plusieurs mois maintenant, monsieur Thierry Savonarole MALEYOMBO, ancien ministre, Ouvrier Conseiller aux Organisations du Président du Kwa Na Kwa, croupit dans les geôles du pouvoir du fait de son appartenance politique et de ses convictions qu’il n’a eu de cesse de défendre.

Il y a quelques jours, il a reçu la visite de certains responsables en charge des questions de protection des droits de l’homme venus s’enquérir auprès de lui de ses conditions de détention ainsi que de la manière dont il était traité. C’est ainsi qu’il va leur faire part de ce qu’il vit de manière extrêmement difficile du fait des mauvaises conditions dans lesquelles il est détenu, de même que des traitements dégradants dont il est l’objet.

A la suite de cette visite, nous avons été étonnés d’apprendre qu’il aura été extrait de sa cellule ce 31 mai aux aurores par des hommes en armes n’ayant pas le statut d’auxiliaires de justice pour être semble-t-il conduit au Camp de Roux.

Ce genre de pratique digne des méthodes bolcheviques met en évidence la question de la sécurité des personnes détenues en Centrafrique en général, notamment celle des ouvrières et ouvriers victimes de la chasse aux sorcières menée par les autorités de Bangui.

Ainsi, le Kwa Na Kwa condamne-t-il avec la dernière rigueur la poursuite de la stigmatisation, de l’acharnement et de la persécution à l’endroit de celles et de ceux qui ont choisi de penser différemment que la ligne imposée par le MCU et réclame que la lumière soit faite sur les conditions de détention de ses militants retenus arbitrairement à ce jour.

 

Fait à Paris le 1 juin 2021

 

Aucun article à afficher